,

Idol

Idol

[vc_row css= ».vc_custom_1502484985041{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17647″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1502484819116{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][templatera id= »17663″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17733″ img_size= »348×483″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/08/Idol_02.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17730″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« De la curiosité enfantine à la pornographie »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Hervé Pons » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1438535721052{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

IDOL

Février-Mars 2000

« Les puritains » est un spectacle écrit et mis en scène par un jeune homme, David Noir, qui a étudié la biologie, l’architecture et le cinéma… Est-il alors étonnant que l’«Exhibition» du corps soit au centre de son travail ? Le discours cependant n’est pas vain. Il n’est pas question de montrer pour montrer, Il y a une volonté de faire saisir au spectateur les différentes nuances du nu. De la curiosité enfantine à la pornographie, il s’agit de réhabiliter l’excitation des spectateurs, bannie des scènes standards, renvoyée au classement X ou à certains cabarets de Pigalle. Huit hommes et une femme incarnent l’histoire de nos pulsions et de nos désirs… « Ma main crispée travaille, et joue comme « un harder » de vidéos pornos sur mon écran couleur, Revient devant mes yeux le temps de mes vacances, Frappent les ballons aux cieux des plages de mon enfance, Pousse le transistor pour qu’il joue sa romance, Et me fasse voir Sylvie tombée en panne d’essence. Puis la mémoire chavire, je perds le souvenir des animaux du zoo, des ballades en auto, Arrive ma pudeur, arrive ma puberté, Arrive aussi la peur, et le feu des regrets… »

Hervé Pons

Du 24 au 26 février au Théâtre 95 de Cergy Pontoise, 01 30 38 11 99.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]