, , , , ,

AUTOPORTRAITS

David Noir - Les camps de l'Amor - Apfel fürher
David Noir - Les camps de l'Amor - Apfel fürher

Autoportrait en Apple führer © David Noir – « Les Camps de l’Amor ».

Je témoigne de là où je suis

En bon archéologue, je crée ma ruine.

La solitude des champs de l’enfance n’est pas celle que l’on arpente épisodiquement à l’âge adulte. Lire la suite

, , , , ,

« Les camps de l’Amor » – Prologue

David_Noir_Les_Camps_de_l_Amor_Poupees_Prologue
David_Noir_Les_Camps_de_l_Amor_Poupees_Prologue

Poupées Prologue © David Noir – « Les Camps de l’Amor »

Ni la linéarité du papier, page après page, ni ce qui s’en inspire, ne suffit plus pour raconter ce que nous avons à dire

Tout est à l’image de la figuration révolue d’un certain déroulement du temps. Chaque époque a ses techniques et ses modes de narration. Ils sont les reflets d’une unique vision perçue à travers un prisme propre à une période donnée. Lire la suite

, , ,

Micro-sillons

Man power © David Noir - "Les Camps de l'Amor".
Man power © David Noir - "Les Camps de l'Amor".

Man power © David Noir – « Les Camps de l’Amor ».

Je suis un programme

Je suis une programmation

Ça + ça + ça + ça. Je ne le décide pas. Je n’en suis pas le maître, juste l’orientateur. En est-il de même pour tout le monde ? Je l’ignore. Personne ne semble parler de ça. Lire la suite