David Noir - Je suis salement

De toutes les récupérations, celle d’un événement ou d’une pensée par un « peuple »* sous pavillon idéologique ou influence de diktats politiques est pour moi la pire. La société ne devrait pas être une usine à symboles. Un symbole, un slogan, c’est la réduction et la dévalorisation pratique des nuances de la pensée. C’est la publicité dont on couvre nos murs, c’est la petite formule qui fait mouche pour faciliter l’identification à tel ou tel bord, c’est le snobisme mercantile et dangereux d’attacher telle ou telle marque à son identité propre. C’est l’assurance de faire jouer l’émotion à travers ce qu’elle a de plus inconstant et impersonnel.

Une fois mis au monde et lâchés dans la nature, les symboles ne se tuent pas – en tous cas pas facilement, ne se mangent pas, ne servent à rien sinon à camoufler et affaiblir la diversité des opinions. C’est la pollution intellectuelle et sociale par excellence. Bien sûr, vivre, c’est naturellement polluer, mais non, nous ne sommes pas plus fort/es tous/toutes ensemble sous la bannière d’un logo, d’un symbole, d’une couleur.

Si oui, plus forts pour faire quoi ? Pour dire quoi ? Que l’on est opposé au meurtre sous toutes ses formes ? Sans blague ! En ce cas, pourquoi ne pas s’employer sérieusement à fonder une société réellement pacifiste, une société de tous les jours, dans laquelle aucun citoyen/enne n’admettrait la violence physique, l’injustice sociale, l’abus et la pression idéologique qui s’incarnerait sous ses yeux ou à l’autre bout du monde. Une société où « tous/toutes ensemble » serait une réalité quotidienne et de ce fait, aurait véritablement de l’impact et du sens. À ce jour, l’être humain en a été incapable. Pour avoir une chance d’y parvenir, si tel est véritablement un but, il nous faudrait devenir réellement « meilleurs ». Concrètement, cela voudrait dire : constamment disponible ne serait-ce que par l’écoute, émotionnellement empathique, soucieux/se au jour le jour du bien-être de son semblable. Mais il ne suffirait pas de penser tout cela en son for intérieur. Il s’agirait d’agir quand il est nécessaire, par exemple en pleine rue, dans les transports, là, tout de suite, quand ça se passe, en prenant le risque de ne pas être suivi/e dans son action par un entourage immédiat d’anonymes ; peut-être même en en devenant à son tour la cible. La générosité, puisque c’est de cela qu’il s’agit, ça se cultive, ça s’apprend et il est bien ardu d’y progresser au-delà de beaux principes. Si ça se résume dans toute une semaine, une année, une vie, à aller défiler dans des rues, pourquoi pas, c’est très bien, mais de là à penser que ce faisant, on fait quelque chose qui va avoir une influence permanente sur ses propres comportements une fois tout seul, en famille, dans son quotidien … C’est loin d’être sûr, car l’autre force du symbole c’est qu’il dédouane et rend paresseux.

Il y a toujours eu ceux/celles qui créent et ceux/celles qui suivent. L’Union Nationale, on a forcé ou persuadé les peuples d’y adhérer dans toutes les situations de conflit. Certains/es pensent s’y rendre au nom de leurs propres idées, c’est possible. À chacun/e de savoir la teneur de ce qui le/la pousse.

Pulsion émotionnelle ? Combien durera-t-elle, l’indignation dans son expression flamboyante, quand on recommencera à obéir et à nier son identité dès le lendemain, contre son sentiment premier, en échange d’un salaire indispensable ?

La grande force des animaux politiques au sein de partis, c’est d’arriver à faire croire qu’il y aurait volonté et parfois même, réalité de la notion d’Unité. C’est bien normal que ce symbole soit au cœur de toutes les formations politiques sans distinction aucune, comme valeur universelle (la première de ces formations étant certainement la famille, le clan et bien après, l’entreprise), puisque sans cette notion, il leur serait impossible d’être à la tête d’un groupe quelconque qui, sans le secours d’une idéologie, ne se cristalliserait pas tout seul. Pourtant d’autres regroupement naturels existent ; qui n’exigent pas de leurs membres de penser en tous point la même chose et ne nécessitent ni leader, ni bannière. Cela se nomme tout simplement des amis qui, du fait de s’être choisis réciproquement et sans propagande, demeure la seule cellule sociale potentiellement démocratique à mes yeux, où chacun/e reste soi et néanmoins se réunit avec les autres, échange et parfois sur cette base, collabore.

En attendant que les nations, puis le monde, forment un groupe d’amis, je crois pour ma part, qu’il y a un beau chantier à la porte de chacun/e concernant la peur, la tolérance, la vénalité, le mépris, l’intelligence, le débat d’idées … bref, je ne vous fais pas un dessin, c’est trop risqué par les temps qui courent … toutes cultures confondues et que c’est le travail à temps plein de toute une vie de s’y atteler. Au-delà de cette belle utopie qui, soyons optimiste, n’en sera peut-être plus une un jour lointain, une fois l’humanité épuisée d’être allée jusqu’au bout de sa bêtise et mise en échec devant toutes les idéologies et concepts artificiels, nous sommes contraints/es pour l’heure, de réagir, chacun/e à l’aune de ce que nous sommes face à une bourrasque émotionnelle et des évènements terribles auxquels, dans ce pays, nous n’étions plus habitué/es.

Ce ne sont pas des symboles qui ont été tués ces derniers jours. Ce sont des gens. Qui plus est, pour certains – je parle là bien sûr des personnes de la rédaction de Charlie Hebdo plus que des autres victimes dont nous ne savons rien de ce qu’était la pensée – des gens dont le travail n’a eu de cesse de s’amuser à ridiculiser tous types de symboles. Si ça n’était pas assez évident par leurs dessins, d’autres dessinateurs ou caricaturistes de l’hebdomadaire l’ont clairement exprimé dans les médias tout récemment (cf. bas de page, la très éclairante interview du dessinateur Luz). Comme je l’ai dit déjà dans ma première réaction à toute cette horreur, je n’ai jamais été un lecteur de Charlie Hebdo, de la même manière que je n’ai jamais été fidèle lecteur d’aucune presse et je ne vais pas le devenir maintenant, là n’est pas le problème. En revanche, en plus d’être naturellement secoué dans mes tripes par l’angoisse et la tristesse face à de tels carnages, je suis sidéré de la façon dont on passe outre la parole de ces personnes qui sont mieux placées que quiconque pour clamer qu’il n’a jamais été dans le propos des rédacteurs de Charlie Hebdo d’être une cause nationale.

« Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles, tout comme nos dessins. L’Humanité a titré en Une “C’est la liberté qu’on assassine” au dessus de la reproduction de ma couverture sur Houellebecq qui, même si il y a un peu de fond, est une connerie sur Houellebecq. On fait porter sur nos épaules une charge symbolique qui n’existe pas dans nos dessins et qui nous dépasse un peu. Je fais partie des gens qui ont du mal avec ça. » Luz

« Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine: ça me fait bien rire » Willem

Mais tous les grands cœurs de faire la sourde oreille d’un même élan citoyen, de ne pas respecter l’esprit d’une revue iconoclaste et de lui rendre hommage d’une façon si laide et répugnante.

S’emparer de la douleur d’un autre, quand bien même elle nous touche, pour en faire un argument personnel destiné à auréoler son propre ressenti de peur ou d’indignation, est la réaction de compassion la plus révoltante qui soit. Je ne force personne à penser de la sorte, mais j’exprime là de façon rédhibitoire, mon opinion profonde. Cela me fait totalement penser au fameux « C’est pour ton bien », grand slogan d’éducateur s’il en est, pour nier la singularité et la parole de ceux pour qui l’on sait mieux qu’eux ce qu’il faut en dire et ce qu’il faut faire. Beurk !

Alors défiler parce que l’on a soudainement la trouille et qu’il faut bien un remède, oui ; parce qu’on ne sait plus quoi penser de soi dans le monde, oui ; parce que l’on veut faire un geste envers toutes les victimes, oui (encore que, en ce cas, pourquoi ne pas le faire tous les jours pour tous les assassinés du monde ? – ce serait peut-être une bonne idée d’ailleurs – Y a-t-il des victimes plus importantes que d’autres ? La réponse est fatalement oui, bien évidemment, c’est humain, même pour un parent / cf. Le choix de Sophie).

Un dernier mot encore sur ce fameux symbolisme si néfaste à mes yeux. Ma conviction est que si des religieux maladivement susceptibles, manipulés ou intimement habités, ont décidé d’assassiner des humoristes satiriques et avec eux, toute la rédaction d’un journal libre penseur, ce n’est pas uniquement pour la pertinence de leurs dessins aussi talentueux soient-ils. C’est aussi parce que notre société la première, nos médias, y ont réagi de façon polémique, s’emparant de caricatures destinées à simplement faire rire ou sourire comme symboles d’un débat politique, social et religieux. C’est chez nous, à l’époque, ici, à la télévision et sur nos ondes qu’il y a eu nombre de discussions et de déchirements idéologiques autour d’une question censée aujourd’hui si naturellement rassembler tout le monde : le droit à la liberté d’expression.

En faisant, non pas porter au-delà de leurs propos, mais dévier de celui-ci, la réelle démarche de ses auteurs, on a érigé des déconnades d’enfants (et je suis bien placé à ma façon aussi pour revendiquer une telle posture comme étant très sérieuse) en étendards politiques.

Or toute la politique, certes puissante quand on veut bien la voir, de ce genre de démarche artistique, réside dans le fait même de se refuser à être un symbole de quoi que ce soit. Ça n’est et ne doit rester qu’un dessin avec toute sa force et son impact. Les créations artistiques, en tous cas les bonnes, ne sont jamais des symboles et ne doivent pas être utilisées ainsi. Il devrait y avoir une loi contre ça. Puisqu’il est interdit de détourner les symboles de la nation (drapeau …), il devrait, en contrepartie, être interdit d’utiliser la force de l’art comme symbole social.

Faire un symbole de l’oeuvre d’un artiste, c’est assurément mal le comprendre si ce n’est le nier volontairement (cf. Sade), en faire une cible pour les imbéciles et un honteux bouclier derrière lequel s’abriter soi-même à défaut d’avoir ses idées propres. C’est aussi risquer de faire tuer l’artiste pour ce qu’il ne défend pas, en tous cas pas de cette façon. C’est aussi s’assurer de le tuer une deuxième fois, en veillant bien de la sorte à l’immortaliser et le figer dans des valeurs qu’il n’aura défendues que passagèrement ou pas du tout.

La seule unité internationale qui vaille à mes yeux est que nous soyons toutes et tous de par le monde, en possession d’un cerveau incroyable dont il faut apprendre chaque jour à se servir avec minutie sous peine d’en faire une véritable bombe, bien souvent à retardement via les générations suivantes et à notre insu.

Voilà, chers endeuillés/es, toutes, tous et les autres. J’aurai moi aussi pris le temps de marcher avec vous à ma manière. Je retourne à mes affaires ébranlées et en vrac en attendant les prochains épisodes de notre évolution commune que je souhaite le plus possible posée, réfléchie et distancée de tout slogan supposé nous souder en un grand bond émotionnel. Notre unique socle commun est ce que nous appelons notre humanité, avec ses prouesses et ses aberrations. Essayons de la comprendre pas à pas, un peu mieux, sans trop de brutalités. Je crois que d’une certaine façon nous nous y employons, pas encore tous les jours néanmoins.

Amicalement,

David Noir, artiste et uniquement artiste, déserteur des causes nationales

 

*Qu’entendre par ce mot, « peuple » : nous toutes et tous ? Les autres ? Une masse d’individus qui ne pensent plus comme des individus et que l’on peut regrouper sous une même étiquette ? Le contraire de « dirigeant » ? Les salariés de premier niveau hiérarchique ?

 

Interview de Luz :  http://blogs.mediapart.fr/blog/monica-m/100115/luz-lun-des-charlie-exprime-ses-doutes-ses-craintes-et-sa-colere