Man power - David Noir
Man power © David Noir – « Les Camps de l’Amor ».

Je suis un programme. Je suis une programmation. Ça + ça + ça + ça. Je ne le décide pas. Je n’en suis pas le maître, juste l’orientateur. En est-il de même pour tout le monde ? Je l’ignore. Personne ne semble parler de ça.

Tout doit être relié. Tout a une incidence sur tout. J’avance dans mon temps qui n’est pas cet autre temps général, mais qui n’est que l’aspect d’un temps qui est le mien, mon expansion personnelle, ma progression intime.

Parallèlement, je dois me disperser, disséminer, essaimer. D’un côté, je range, j’accumule, j’évacue, je trie. De l’autre, j’étends mon regard et mon écoute. Je me lance sur de nouveaux chemins, vers d’autres connaissances. Je crée des sillons ; des microsillons que sans doute, je suis le seul à pouvoir percevoir. C’est pour cela que dans mon intérieur, aussi bancal ou précaire soit-il, je dois connaître l’emplacement de chaque vis, chaque objet ou fragment que je veux garder et qui ne me sert pour l’instant à rien. C’est cette nomenclature pouvant sembler dérisoire, qui pourtant me révèle une photographie de ce qui fait ma vie actuelle et ce faisant, libère mon esprit, alors disponible à l’essentiel : le trajet à parcourir et les conditions dans lesquelles arpenter la voie.

C’est en fait un processus assez simple dans son concept, de mise en liberté de la conscience. Je ne peux démarrer le travail qu’à partir de cet état ; là où je suis juste à ma place. Il aura donc fallu passer un point d’équilibre. C’est une forme d’économie. Une économie de survie. Chaque espèce animale a la sienne. Une économie juste parce que débarrassée de ses fantasmes de réussite dans tous les domaines, qui ne sont que quelques calques parmi d’autres, tracés sur des modèles pré-dessinés par le monde qui nous accueille, sans se préoccuper de savoir que nous sommes un, unique et indivisible. C’est ainsi que l’on nous éduque en masse, comme on élève des volailles. Il faut du temps et diverses expériences intimes pour atteindre enfin le moment du passage au cap d’équilibre. Mais il ne s’agit là que du point zéro. Nous avons, à ce stade, redressé notre économie de vie établie sur des bases fausses, mais nous n’en sommes qu’au début d’une possible croissance vertueuse. Néanmoins, on peut alors raisonnablement se dire que le travail véritablement propre commence, ce qui ne signifie en aucune manière, que nous n’allons produire que du bénéfice. Il s’est agi simplement d’avoir pu rallier son chemin à soi. Rien ne dit qu’il ne mène pas tout droit dans le mur. Cela est sans importance. Le bien-être vient de la seule conviction d’arpenter la bonne voie pour soi. Il faut considérer les éventuels succès qui pourraient en découler comme des bonus, sans plus. En ce qui me concerne, j’ai eu la prescience de cette planification il a exactement sept ans. Je ne développerai pas pour l’instant ici les détails des routes antérieures qui m’ont finalement mené à ce sentiment forgé dans mes profondeurs. Ce pourrait être l’objet d’un autre article en soi. Je trouve juste intéressant de noter qu’il existe, dans les fluctuations de la pensée, des indices qui, sans nécessité de se référer à quoi que ce soit de mystique ou de religieux, sont susceptibles d’éclairer plus distinctement qu’un autre, le paysage à venir. Ces moments d’enthousiasme éclairant viennent bien sûr se mêler à une myriade d’autres qui, pris pour d’éventuelles bonnes réponses à son questionnement, vont s’avérer être des impasses décourageantes. Tout un chacun connait ce phénomène propre à la vie prise au sens large, du mouvement de la nature elle-même. Beaucoup de ratages et d’abandons pour de rares créations potentiellement viables. Je ne crois naturellement à aucun dieu, ni force obscure ou lumineuse, pas plus qu’à la notion de destin. Je trouve néanmoins qu’il n’est pas totalement dénué d’intérêt dans la description d’un cheminement artistique, de mentionner les forces mystérieuses de l’instinct et combien elles poussent l’individu de l’avant, autant que le fauve vers sa proie ou le saumon vers son lieu de reproduction. Il n’y a en jeu ici à mon avis et c’est ce qui me rend son observation passionnante, exclusivement que l’expression d’une force brute de la nature et rien à aller chercher du côté du psychisme manipulé par un hypothétique inconscient.

La mise en route d’un projet est l’art de faire que « tout recommence ». Une pulsion étrange et vitale de cet ordre préside à l’aube de tout acte créatif. C’est encore bien plus intimement spectaculaire lorsque le re-commencement à l’oeuvre, englobe un pan de vie entier et a pour objet de le faire évoluer d’un cran, peut-être même en le faisant dévier d’un axe rigide qui paraissait illusoirement tenir le tout. Échapper à Sisyphe semble soudainement alors du domaine du possible.