David Noir - Les camps de l'Amor - Bouilles à baise
David Noir – Les camps de l’Amor – Bouilles à baise

À vous qui viendrez visiter « Les camps de l’Amor »

 

Bonjour, Bonsoir,

Je ne vais pas vous parler de ce que ça raconte, parce que j’espère bien sincèrement que ça ne racontera rien, rien de ce qui se raconte ; que ça se suffira à soi-même pour celles et ceux qui désireront le prendre ainsi.

Ordinairement, spectacle et public aiment à se raconter mutuellement des histoires. Des histoires, grandes ou petites, qui rassemblent ou qui divisent, qui enseignent, élèvent, font réfléchir, émeuvent ou défoulent. C’est possiblement très bien ; c’est possiblement ce que nous réclamons encore, mais en ce qui me concerne, et ça ne date pas d’une semaine, pas même de celle qui vient de s’écouler pour nous dans l’horreur et la consternation, je trouve ça inutile, voire néfaste de se raconter éternellement des histoires ; d’y perdre son temps, d’y complaire son esprit, de s’évader de sa prison en rêve. Les rêves de cet ordre sont, malheureusement pour moi, des petits égoïsmes de vacanciers et je n’ai rien à vendre de tel dans mes cartons. Idem pour la réclame. J’aimerais juste, ici, vous informer, mais ne pas faire de publicité. Juste dire que si vous avez envie d’être là, vous êtes les bienvenus/es. C’est une annonce, une invitation, rien de plus. Pour dire qu’il y a cet événement là et que l’on y sera, mon équipe et celle du Générateur. Maintenant, je ne veux pas vanter ce que nous y ferons, Christophe Imbs sur le plan musical et moi pour le reste, ni le rendre supposément alléchant.

Ça n’exclut pas de vous expliquer ma démarche.

Ce « spectacle vivant », appelons-le comme ça, comme les institutions culturelles nous réclament de le nommer, s’est trouvé étrangement – ou peut-être pas – raisonner en écho avec les drames qui se sont produits du 7 au 9 janvier et les manifestations et prises de parole, de position qui ont suivi et suivent encore. J’y ai découvert, me sautant au visage, le fond de ce qui fait mon engagement sur scène depuis 15 ans, le ressort, le siège éjectable qui me fait bondir hors du propos que je devrais avoir, celui d’un auteur – metteur en scène – interprète qui raconte, qui dit par voie de contes et de mystères entendus et merveilleux, « merveilleux » parce qu’il est convenu par avance entre spectateurs et acteurs que c’est ce qui doit advenir.

Pas plus que des gosses acculturés qui ne comprennent pas pourquoi ils devraient respecter par devoir une minute de silence imposée, dont la consciente et nécessaire évidence serait censée être portée par des émotions qu’ils ne ressentent pas, je ne suis capable aujourd’hui, de vivre sainement ma condition de spectateur quand cela m’arrive encore de l’être. La comparaison est inappropriée, dérisoire, mais pour l’heure, je la maintiens quand même. Je vis comme un pensum d’être contraint à m’asseoir religieusement dans le respect de ce qu’on débite plus ou moins talentueusement à mes oreilles. Le sentiment religieux : oui, quand je le veux et si je le veux. Vous voyez que malgré la comparaison, je ne suis pas vraiment du côté du prophète.

Non, j’ai besoin de vire ma foi dans la représentation, autrement. Comme nous tentons, moi et sûrement quelques autres de le proposer, je veux pouvoir tourner autour de ceux qui jouent, font semblant de jouer, chantent, bougent, pensent, lisent, sans obligatoirement que cela les perturbe ; je veux arpenter la scène comme une salle des pas perdus, comme on visite une galerie, un musée ou un zoo ; je veux goûter, plongé dans mes pensées, la prosopopée d’Hamlet, assis juste à côté de lui, les pieds pendant dans la fosse creusée pour Ophélie. C’est la ma place, au plus prêt du souffle qui engendre parole et mouvement. Bref je veux être libre de ne pas éteindre mon téléphone portable, pas plus qu’on ne le fait dans la vie désormais dans les lieux publics et pourquoi en serait-il autrement face à une scène que dans la vie ? Le théâtre n’est-il pas la vie ? N’est-ce pas à ce qui se produit de me captiver suffisamment pour créer ma stupeur ou susciter mon intérêt ? Ne suis-je pas assez grand pour m’octroyer tout seul des interdits de circonstances si je le juge nécessaire ? Mon métier d’homme est donc d’être à la fois humain le plus possible et athée le plus souvent. Je ne peux proposer que ça, des représentations de mon athéisme. Je fais des spectacles athées empreints d’un mysticisme tout ce qu’il y a d’ordinairement humain.

Je ne fais pas d’histoire car je n’ai rien à vous conter, ni à vous apprendre. Je ne le voudrais pas car je crois que la conviction qui était nécessaire à l’auteur il n’y a pas si longtemps, pour élaborer une œuvre, se situe désormais dans la droite ligne d’une prise de pouvoir obsolète, fleurant le totalitarisme et définitivement dangereuse. Sacrifier au goût de montrer n’est pas nécessairement avoir celui de convaincre. Je n’ai rien ni personne à convaincre. Je fais, je dis, je montre et voilà tout. Il n’y a rien a priori à en faire, si ce n’est y réagir, être là, en conserver ou en effacer le souvenir. C’est ainsi que pour moi se définit le beau.

J’aime en l’occurrence, l’emploi du verbe « assister ». Certes le public assiste à, mais il peut également assister tout court. Ce qui veut dire aider par sa présence, son action, son intérêt, son écoute. Même sans invitation ostensible à le faire, comme il m’est arrivé d’en mettre en place le dispositif, l’espace de temps et d’action que je propose se nourrit de la détente de chacun/e et de ce qui en découle librement. On peut ne rien faire, danser, boire un verre, parler, improviser, se mettre nu, s’embrasser, s’insurger … que sais je, à chacun/e de trouver sa place. Est-ce que ça me regarde ? Dès lors qu’elle n’est pas astreinte, la responsabilité du corps de chacun/e ne me revient pas. Seul m’intéresse que nous vivions ces instants le plus possible en parallèle, comme des destinées qui se lorgnent du coin de l’œil et parfois se croisent dans l’unique besoin de devoir prolonger leurs routes dans des directions personnelles. Comme au zoo, le spectacle est autant de votre côté que du mien.

Moi, je vis mes meilleurs moments intimes en public, c’est pourquoi je fais de la scène. J’en aime « l’écriture », c’est à dire les temps où arrivent les choses, les démultiplications d’espaces, les résonances fortuites et voulues, les collisions de matières. Tout ce qui contribue à donner le sentiment du relief à nos vies en trois dimensions (émotion, pensée, action) et dont nous oblitérons souvent, par un usage à la froide teneur d’une habitude morne, celle de ces dimensions qui donne la profondeur des liens. Ce n’est pas une nouveauté, nous sommes tous/toutes interdépendants/tes. Qu’est-ce donc – et j’en viens à mon « sujet », puisque, s’il n’a pas d’histoire à porter, il existe néanmoins en tant que sentiment d’être – que cet « Amour » fantoche dont on ne cesse de faire l’éloge et qui se trouve si réduit et emprisonné à l’échelle de chacun/e ? Si cette pseudo divinité n’avait pas une existence tout aussi douteuse et fumeuse que les autres, ne devrait-elle pas donner plus fréquemment des preuves de sa réalité aussi simplement que les vents soufflent et que l’eau nous tombe du ciel ? Mais non, ses miracles son trop rares et trop sujets à caution pour inciter à croire à sa tangibilité véritable. Freud, d’un côté, biologie et chimie de l’autre, ne nous ont-il pas appris combien ce sentiment dont nous nous honorons était aléatoire et trouvait son origine dans des transferts issus de l’histoire de chacun/e, dans des habitudes contractées par la filiation et la culpabilité du devoir, dans des fluctuations odoriférantes et hormonales, dans des illusions narcissiques, dans des jeux de pouvoir et de manque, sadiques et masochistes, dans des obsessions névrotiques et parfois même suicidaires ? Soi, soi, soi … l’amour comme toutes nos perceptions, ressentis, réflexions et actions ne parle invariablement que de soi. Et pourtant il existe parfois entre nous des attaches qui nous pénètrent les chairs à un tel degré, que nous ne pourrions vivre que douloureusement si elles venaient à être rompues. Cela peut tout autant se réduire à une terrible angoisse de l’inconfort, mais nous trouvons ça bien joli tout de même.

L’amour, que parfois nous glorifions à nos yeux sous la forme idéalisée du sacrifice absolu de notre personne au bénéfice d’une autre, a souvent peu de résistance à la peur et aux évolutions de circonstance. C’est la traîtrise alors, mais passons.

Donc pas d’histoire, non, car nous ne méritons pas d’y croire, mais seulement la beauté naturelle des créatures que nous laissons revenir parfois fébrilement à la surface, quand simplement elles s’expriment à travers nos joies mélancoliques et notre euphorique détresse. C’est là, quand l’homme brisé dans ses illusions, voit son orgueil abattu au plus bas, qu’il concède comme en un renouveau, un peu de place à la nature animale qu’il n’a de cesse de fuir. Ni belle, ni bonne. Parfois sublime, parfois pitoyable. Cruelle comme notre état de fait nous conduit à l’être, mais capable quelquefois, oh surprise, d’un jaillissement de tendresse immodérée, cette nature intime nous subjugue. Nous la repoussons à l’avenant pour son insoutenable excès de franchise qui nous incommode tant, dans la réserve où nous nous parquons. Pour ma part, il est trop tard pour que je sois encore un animal sauvage. Libre à chacun de le tenter. Même si j’ai le goût des arts, même si c’est pour moi là la seule foi possible, la seule voie admissible pour donner à notre ancestrale violence l’espace de s’exhaler, je voudrais ne jamais lui immoler ma nature humblement domestique, car c’est elle qui m’a fait être civilisé. De cela, je suis content. J’en tire le privilège de mon espace mental.

Ainsi j’aime l’amour des chiens, qui en dépit de leurs mâchoires puissantes s’épargnent – et nous épargnent – de redevenir des loups, quand bien même une incitation infime à l’instant du basculement possible viendrait les y contraindre. Pour leur confiance immodérée, leur absolue bonté, leur incomparable regard interloqué devant nos incohérences de comportement, je remercie la gent canine de croire encore dans les jeux et l’affection, certes non dépourvue d’intérêt, mais presque totalement privée de malice. En fait d’amour, à mes yeux, il n’y a que celui des chiens qui vaille comme un modèle de conduite. Être là, se taire, ne grogner que rarement, vivre dans l’attente impatiente des promenades, qu’elles soient celles de l’esprit ou du corps sensible ; ne rien miser sur la récompense hypothétique, honteusement calculatrice, d’un au-delà et tout vouloir tout de suite dès lors que l’occasion se présente. Mais s’il faut vraiment se défendre, mordre quitte à mutiler de toute sa rage une bonne fois et détaler, la peur au ventre, en quête d’un havre meilleur et de l’oubli des maltraitances. Les mauvais maîtres se le tiendront pour dit.

 

Lien vers Le Générateur
Page des Camps de l'Amor