Lady Commandement

Rien ne m’importe.

Il faut être là et c’est tout.

Le vivant, c’est là ou bien ça n'est pas ; et c’est tout.

Là, devant mes yeux et c'est tout.

Tout ce qui n’y est pas, n'est pas, n'existe pas.

Ceux qui ne s’y trouvent pas, dans ce « là », sont provisoirement effacés ou morts.

Ambiguïté du bon citoyen.

Comment se fait-il que l’autre ne me touche pas à tous coups ?

L’universalité n’est sans doute pas pour tout le monde.

L’image des douleurs du passé est plus belle que la permanence actuelle des violences, plus aisément poétique.

Le temps fait voile à rebours, jette un tulle de théâtre sur la vision détaillée des crimes anciens.

La beauté tragique de l’Histoire est plus conviviale que l’horreur imminente.

Il faudrait visiter ce qu’il reste des camps pour savoir.

On peut s'extasier secrètement de l'intensité symbolique d’une photo d’Auschwitz ; on ne voit que crasse et misère à Lampedusa ou ailleurs.

Photo contre photo. Champs contre Champs.

Élysée ouvert au repos pour qui a bien fait son travail.

La Shoah commence à prendre des couleurs au soleil des drames d’aujourd’hui.

L’empreinte n’est jamais qu’un souvenir.

Nous passons dans l'Histoire et les manuels s'illustrent des beaux desseins d'une humanité nouvellement colorisée, toute entière.

Séduisante carte postale, les morts vivants y deviennent émouvants et poétiques comme les petits chevaux de Lascaux.

Nous cesserons de nous battre au premier sang. C’est le duel des intellectuels héroïques. C’est leur conception de l’héroïsme. Pas celui qu’ils admirent chez les antiques, mais celui qu’ils pratiquent à la petite échelle du discours et de la discussion. Gentilshommes. Gentils hommes pas si gentils que ça puisqu'ils parlent depuis là où ça meurt. Tout est sujet à commentaires je crois.

Ah ! Quelle belle robe élégante à traîne lourde et damassée j'ai la sensation de porter quand je me mets ces mots en bouche !

Haine puissance haine ! Trop d’évidences sépulcrales sont dites pour ne pas me vêtir voluptueusement de mon exponentielle incohérence. Quoi d’autre ?

Ai-je du style ? Non, vraiment je ne crois pas ; je ne l'espère pas. Tant d'autres cherchent à se draper d'une forme flamboyante avant de disparaître.

Moi je me contenterai de peu. Du peu dont je suis - contente.

Plus important, mon isolement s’est liquéfié dans mes veines et sa liqueur goutte à goutte au centre exact de mon esprit clair.

Ça résonne sur mon sol rayonnant et je comprends soudain ce "Pourquoi ?".

Mais peut-être que personne ne vient jamais m’y chercher parce que personne n’en a la clef. De mon esprit, non pas du sol.

Parce qu’il n’y a pas de clef, parce qu’il n’y a pas d’entrée, pas plus qu’il n’y en a à un œuf. Parce qu'il n'y a pas de résonance sous la voûte si réduite d'un pareil habitacle.

Pas d’autre solution que de le briser pour mettre à jours son vitellus.

Mais je mourrais alors et alors, libre comme une coquille fendue, comme un mur lézardé sur le point de crouler, je m’épancherai tout vivant comme un liquide au dehors.

Pour l'instant, j’ai le cœur dans mon estomac et un sexe dardé à la place de la langue. Appétit de jouir ou bien faut-il manger ? Rien ne m'importe hors ma voracité. Sentimental hermaphrodite, je me suffirai à moi-même.

Je me survivrai même quand d'autres agoniseront, le petit peuple de leurs familles décaties, agglutiné en grappes, arrimé à leurs entrejambes. 

Comme ils auront vieilli quand, non mort, je sucerai encore le fruit de leur descendance.  

Quand j’arriverai au jaune mon œuf sera content, obscur et creux, de n'être plus qu'une coquille vide. Je l'envie.

Je dévore mon temps et la détresse des autres en attendant.

C'est exaltant de vivre aux portes des malheurs d'autrui.

Volupté d'être rempli, rien ne m'importe que d'être nourri.

Tant qu'il poussera des blés sur des terres labourées de mots, copieusement arrosées de sang,

Je m'assoupirai content.

 

suivre)

Lady Commandement – Extrait du texte progressif original « L'étable de la loi » 

3ème interprétation "La Goule"

Les Camps de l'Amor © David Noir 2015

 

Les camps _ Anis Gras_web2 ScèneVivante_Stage_regarder_ailleurs_02 Iconicum2

LES CAMPS DE L’AMOR – « Il faut préserver la chair intacte »

LES CAMPS DE L'AMOR - David Noir_Musique : Christophe Imbs - Photo Karine Lhémon - Le Générateur
LES CAMPS DE L'AMOR - David Noir - Musique improvisée : Christophe Imbs - Photo : Karine Lhémon - LE GÉNÉRATEUR.

Il y a un système. Et dans ce système, un mélange de genres et d’espèces. Les uns comme les autres sont de simples collages. Les dents de l’un, le chromosome de l’autre ; les fonctions vitales des unes, l’appétit sexuel des autres. Personne ne sait d’où ça vient, ni quand ça se finira. Ce sont pourtant des questions usuelles. D’où ça vient ? Quand ça finira ? Elles ont chacune leur sens. Presque toutes les questions ont un sens, des sens, intégrés à ce système et qui font ce système. La seule question qui n’en revête aucun est : Qui suis-je ?

Il y a aussi des phrases qui ont un sens de très faible portée, mais qui flottent usuellement dans le langage comme : Je vous ai donné rendez-vous. Mais vous n’êtes pas venu.

Un simple bouton radio permet à toute heure d’être connecté et de percevoir tous ces mots, ces convenances, ces banalités du quotidien, mais aussi ces râles d’agonie, de cruauté, de joie ; ces grognements, ces chansons, ces souffrances ; toute une collection de sons. C’est une importante activité entre les êtres que de tourner ce bouton et de produire ou faire entendre ces sons - jamais de silence.

Ce n’est pas la seule. Des images passent aussi, mais nous ne savons pas pourquoi. Les images, on les reçoit. Depuis que nous existons, nous les recevons sans les solliciter, sans jamais réellement les vouloir. Des sons également, mais nous avons appris à en proférer à notre tour. Tandis que des images, non. Nous n’en produisons pas. Nous sommes l’image. Nous en sommes les pixels. Nous la formons. Sans nous, pas d’image. Mais toujours des sons.

Surtout, ne cherchez pas un seul sens ; j’ai horreur des œuvres thématiques.

Aveugles, nous ne pourrions qu’entendre et nous saurions qu’il en existe d’autres, semblables à nous, rien qu’en les entendant. Quand je vois, je ne sais pas que je suis moi-même dans l’image ; que je suis l’image … passive. L’image est dangereuse car elle est passive. L’image de soi est un rêve passif ; le son, une résonance du réel, une information pratique, le relief de la pensée active. Les images de nos vies ne sont que des escroqueries, paraîtrait-il.

Pourtant, je me sens existant quand je me perçois au cœur de ce défilement iconographique si facile d’accès, technique et factice comme un montage de cinéma ; quand je peux me réduire à un dogme, au spectacle d’un divertissement, à une famille, à un univers social tout entier. Je voudrais bien lutter contre ça, mais SCRAP sans en rien dire, sans édicter un seul ordre - le fait-il seulement jamais ? - semble m’en dissuader par la caresse. Flatterie d’un collage d’images élogieuses. Pourtant, je sais bien, moi, que quand j’en suis là, résumé, déguisé sous l’apparence d’un dogme, d’un spectacle de divertissement, d’une appartenance à une famille, je suis une loque et non une personne. Spectateur béat de mon temps qui s’écoule, je suis une loque. Membre attitré d’un cercle familial, de confrères ou d’amis, je suis une loque. Je ne pense pas. Je ne suis pas.

Morceaux par morceaux, le groupe humain me démonte et me range dans ma boîte. Demain, il faudra tout reconstruire. Je suis ce beau château mis en pièces, propres et détachées, mais je suis aussi son contraire, un amalgame de jouets cassés. De ceci, SCRAP ne dit rien. C’est sans doute pourquoi mon amour est si faible, si peu désormais ou seulement sous la forme d’un sentiment instable. Son insipidité ne me gène pas véritablement, même si je sens que tout ce que j’éprouve pourrait se hisser plus haut, plus vite et moins mollement vers la surface. Je crois parfois l’atteindre. Il me semble que j’y suis déjà et à certains égards, j’y suis. Oui, je suis en profondeur et superficiel. Confusément, un repère m’indique que d’autres sentiments plus intenses existent encore quelque part, malgré l’uniformisation de rigueur et même, qu’ils pourraient perdurer toute une vie, comme la haine par exemple ou l’euphorique déni du réel.

Tenace. J’aime bien vivre ainsi. Sans savoir ce qui me tient en vie ni pour combien de temps encore.

Un jour, nous sommes allé dans ce bar où il y avait un hologramme de Marilyn qui répétait des extraits de chansons en boucle. Un ami m’a dit qu’elle buggait.

C’est à cause d’une ancienne machine, une sorte de juke-box visuel qui fonctionne encore avec des cd-rom, mais ça n’a pas d’importance. Ça donne même un certain cachet au virtuel, le bug, non ? Comme ça, on a moins l’impression qu’elle est véritablement morte. Comme souvent, c’est l’imperfection qui fait le style.

Quant à moi, je suis en passe de résoudre les conflits du désir, lui ai-je répondu. Il faut préserver la chair intacte ; ne rien vouloir modifier d’autrui. Passer à travers, oui, intact ; sans chuter, sans périr, sans souffler mot de son passage.

Marilyn a été un personnage public du genre féminin, je crois. On a même pu lire qu’elle fut une icône du genre féminin. Une sorte de symbole je crois.

Il existait bien sûr d’autres bars où les hologrammes fonctionnait mieux, où les lecteurs étaient plus récents. Mais nous aimions bien aller dans celui-ci. Nous en avions pris l’habitude. Le mode « rétro » nous allait bien.

Ailleurs, il y avait d’autres mots proférés, d’autres chansons, d’autres espaces mentaux qu’on pouvait sentir se dessiner entre les êtres. Ça fusait bien plus. C’était plus à la pointe de la technologie, mais nous nous comprenions mieux ici, dans ce cadre un peu passé de mode.

Ailleurs il y avait une chanson qui disait quelque chose comme il y a un truc qui flotte dans l’air. Je l’ai entendu une fois. Le début des paroles m’a marqué, mais je ne me souviens pas du reste.

Les rayures du CD, ça permettait de comprendre davantage ce que racontaient ces vieilles chansons au fond, même si nous ne pouvions jamais en entendre la suite. Finalement, ça en disait plus long que si nous avions eu l’intégralité des mots. C’était pour nous tous, encore une fois, un repère. On aurait pu dire aussi un repaire, mais je n’étais pas sûr alors que les expressions entendues phonétiquement puissent encore avoir plusieurs sens dans ces instants là.

De toutes façons, il était tard. La musique était devenue trop forte. Comme toujours à cette heure, on ne s’entendait plus.

LES CAMPS DE L'AMOR - Scrap II - (extrait du prologue) - Tous droits réservés - David Noir 2015 DNoir-LesCamps_Affiche_web5

AUTOPORTRAITS

Autoportrait en Apple führer © David Noir - "Les Camps de l'Amor".
Autoportrait en Apple führer © David Noir - "Les Camps de l'Amor".
Autoportrait en Apple führer © David Noir - "Les Camps de l'Amor".

Je témoigne de là où je suis.

En bon archéologue, je crée ma ruine.

La solitude des champs de l’enfance n’est pas celle que l’on arpente épisodiquement à l’âge adulte. Cette dernière, infiniment plus consciente, est d’une autre nature. Plus « light », pourrait-on dire.

La maturité venue, les deux espèces de solitudes se côtoient, cohabitent à l’intérieur de soi, mais chacune dans sa sphère et son temps.

Celle appartenant à l’enfant, toujours emprisonné derrière la vitre de sa cage de mémoire d’où il ne sortira jamais, demeure comme tout son être, obnubilée par la lumière aperçue dans l’entrebâillement d’une porte au fond d’un couloir sombre. Elle lui donne son regard d’innocence hagarde. Ce type de regard qui semble ne pas pouvoir rendre en détail le portait de ce qu’il voit. Ce type de regard qui témoignera parfois d’un état d’hébétude, de résignation ou de colère, subjugué, pétrifié devant le flash d’un photographe. Dans ces clichés, les faces éberluées, semblables à toutes celles alentours des camarades aux crânes ronds, surmontent des corps squelettiques qui renvoient l’observateur à l’image d’une enfance bouleversante, livrée à elle-même, malnutrie, démunie. Cette enfance morbide de l’humanité, réelle ou fantasmée, nous la connaissons bien. Elle nous unit autant que l’épreuve de la mise au monde et la crainte de la mort à venir. Nous en partageons le sentiment de l’horreur destructrice d’un abandon total ou que l’on a cru tel.

Mais tout a été dit sur ce sujet en plus juste, en plus outrancier, en plus inimaginable, en plus véritablement proche de ce qui nous arrive.

Mais qu’est-ce qui nous arrive ? La vie.

Quelque chose comme une main au fil de l’eau a laissé traîner sa ligne dans le courant de cette solitude mortelle. Je suis ce fil malgré moi jusqu’à son terme, jusqu’à la place qui m’échoit.

Tous les trains m’y emmènent. Toutes les foules compressées m’y poussent. Tous les gymnases y résonnent. Toutes les aubes, encore nuits d’hiver d’écoliers m’y condamnent.  Tous les yeux croisés le temps d’un honteux frôlement de regard s’y racontent à l’identique.

© David Noir - "Les Camps de l'Amor" - Tous droits réservés.


Les camps de l'Amor - Synopsis - Informations
Journal de bord sonore - PRÉPARATION – SCRAP 2 / LES CAMPS DE L’AMOR – 2014
Scrap 1 - Elèments
Scrap 1 - Matrice

Journal des Parques J-43

David Noir- Parque de la Poste« Des bâtons dans les roues » ; expression parfaitement imagée de notre langue tant on en ressent le caractère heurtant, handicapant et désagréable. Hier, mésaventure ordinaire à la poste ; carte bleue retenue par une machine défaillante. Je l’ai compris tout de suite en entendant le cliquetis du rectangle de plastique butant contre les bords de la fente par laquelle elle ne parvenait pas à ressortir. Ni erreur de code, ni insuffisance, si ce n’est chez l’agent que j’interpelle pour que me soit rendu ma carte. Remplaçante pour la durée des vacances, je suppose, ne l'ayant jamais vue, la jeune femme me répond négligemment que c’est impossible de la récupérer aujourd’hui ; qu’il faut revenir demain. Je lui demande ce qui justifie sa réponse ; rien de clair ne sort. Manifestement, ma réclamation la contrarie, j’ignore pourquoi. La jeune femme est jeune, sûrement une petite trentaine et me dévisage par à-coups de son unique oeil mobile, l’autre étant irrémédiablement fixe, la pupille coincée vers le haut du globe. J’ai soudain l’image de mon curseur de souris d’ordinateur quand, pour des problèmes de conflit logiciels, il lui arrive de rester figé contre le côté supérieur de l’écran. Troublé, j’essaie de me concentrer sur son œil valide pour arriver à combattre la mauvaise volonté de cette femme à mon égard. Je dois être à peu près maître de moi à cet instant, car tout en maintenant la pression, bien décidé à ne pas en démordre, je parviens à avoir un peu de recul sur la situation et me demande parallèlement pourquoi elle agit ainsi. Pourquoi use-t-elle bêtement et méchamment de ce petit pouvoir provisoire qui lui permet en la circonstance, de me rendre la vie difficile ? Par flemme ou crainte de déranger une chef qui pourtant me rendrait ma carte en un tournemain ? Peut-être. Par absence de générosité et d’empathie ? C’est sûr. Manquant d’argument à opposer à mon insistance, elle m’oriente vers une autre remplaçante, tenant seule le guichet des opérations financières. Je m’aperçois après coup que je suis passé très naturellement devant toutes les personnes de la queue pour faire valoir mes droits. Poursuivant mon dialogue intérieur, je me sens rassuré d’être capable de ce genre de « prouesse » quand la situation l’exige. Ça laisse augurer qu’il existe bel et bien des ressorts en nous, capables de se mettre en mouvement quand la nécessité est la plus forte. Je range cette pensée dans une petite case prévue à cet effet pour la ressortir les jours où je me sens incapable de quelque mouvement de rébellion du fait de ma redoutablement handicapante « bonne éducation ». Car chacun/e le sais, du moins je l’espère, il est considérablement plus facile de s’opposer en public quand tout est organisé pour que l’on soit mis en lumière, plutôt que de le faire en s’arrachant à l’anonymat le plus complet de la vie de tout les jours. Être un orateur convaincu ou un lieder politique combatif, voire révolutionnaire, quand il n’y a que des mots à proférer dans une situation attendue, n’est rien. Se saisir seul du flambeau de la révolte aussi minime soit-elle, c’est se démarquer de la masse qui dans un premier temps, en général, ne l’apprécie guère ; vous juge comme un original, un trouble-fête, si l’on peut nommer fête la morosité étale dans laquelle nous installe le quotidien des environnements populaires administratifs. Je marque ici le distinguo avec les ambiances plus feutrées, générées dans des espaces où le client est manifestement roi dés lors qu’il fait montre de plus de moyens (ambassades, banques de plus haut niveaux ...) Comme quoi, il en faut peu pour changer les choses ; en tous cas le sentiment des choses, ce qui est déjà beaucoup pour donner courage aux individus. Un morceau de moquette un peu épaisse plutôt qu’un lino sale, représente dés l’entrée dans les lieux, un fort signal psychique impactant directement la détente de notre corps et les réactions qui s’en suivent. Cela dépend certainement de l’éducation qu’on a reçu et il y a fort à parier qu’un dressage « à se taire » en toute situation, passant pour un enseignement de la politesse, condamne plus certainement son porteur à se recroqueviller sur lui-même en cas de conflit humiliant. Fort heureusement, étant vigilant sur ce point depuis de longues années, j’ai pu me sortir progressivement de ma gangue d’enfant sage afin de ne pas laisser asphyxier ma sensibilité sous l’oppression quotidienne de la violence ordinaire.

La deuxième interlocutrice, moins butée que l’autre, va immédiatement chercher une responsable. La chance est avec moi, je vois peu de temps après arriver la plus charmante personne travaillant à la poste. Je la connais bien pour m’avoir plus d’une fois, facilité les choses en minimisant naturellement les contraintes administratives. Son sourire, la douceur de ses expressions et son regard attentif font une fois de plus, resplendir son visage d’intelligence et de bonté. Elle est, inutile de le préciser, l’opposé quasi biologique de la première personne à laquelle j’ai dû me confronter. Pourtant je ne parle ici d’aucune considération esthétique, mais de la véritable beauté à mes yeux. Une beauté qui, chez quelqu’un exprimant avec une parfaite constance autant de qualités dans un contexte bien souvent tendu, n’est en rien entamée par les traits parfois tirés que lui octroient les journées de travail accumulées qui lui donnent au contraire plus d'humanité et de grâce encore, en rivalisant avec tant de figures de clientes ayant choisi pour échapper à la misère, d'être outrageusement pomponnées.

Selon qu’on est en permanence sur la brèche pour valoriser des projets difficiles à faire entendre ou bien bercé par le roulis modéré d’un parcours « bien dans les rails »,  le bâton dans les rayons des roues de la charrette n’a pas, à court comme à moyen terme, le même impact. Combien il est difficile de faire comprendre à son équipe comme à son entourage, que tout ce qui ne va pas, de près ou de loin, dans le sens de votre projet, tout ce qui par négligence, oubli, inconsidération ou fatuité, lui nuit, est à mettre au même plan que le refus de me simplifier les choses de la première femme de mon histoire ! Dans une démarche aussi fragile et coûteuse qu’une création, particulièrement quand elle met en jeu du monde, toute entrave, la plus infime soit-elle, est une régression exponentielle du mouvement de l’ensemble et se traduit par un danger de plus à venir et donc à éviter. C’est ainsi que je le vis depuis de nombreuses années et c’est ce qui m’a amené douloureusement à reconsidérer l’idée naïve que je me faisais de l’entraide et de la camaraderie dés lors qu’on les mettait dans la balance de l’exigence d’un ordre supérieur : la réalisation d’une œuvre. Longtemps, j’ai voulu y intégrer en tant qu’œuvre elle-même, la notion d’équipage et même au-delà il fut un temps, celle du couple et de la famille. Ces créations là se sont brisées avec fracas, non dans le choc avec les éléments, mais contre les parois de la coque trop dure pour de si tendres implications, de mon embarcation .

Euphorie vaniteuse empressée, insouciance débile ou volonté de nuire ne sont pas à mettre sur des plans différents car aboutissant toutes au même résultat : la mise en péril d’une tension fragile comparable au fil ténu de la vie. Les Parques de l'antiquité nous accompagnent à chaque pas, selon qu’elles font naître, maintiennent en vie ou interrompent le cours de nos existences. Elles s’incarnent à travers chaque relation humaine et orientent le sort de ses protagonistes. Les trains menant les déportés aux camps sont mis en marche par le même battement d’ailes insignifiant, par le même unique petit regard torve d’un homme ou d’une femme ne jouissant même pas toujours de son micro pouvoir à cet instant. Il est à mes yeux coupable de vivre sans accepter d’en avoir la permanente conscience. Nous sommes trop nombreux/ses pour ne pas d’autant plus, être en charge de notre sort commun. Ce qui pouvait renvoyer les actes et pensées de chacun/e à une conséquence restreinte à ses propres yeux auparavant, résonne aujourd’hui, d’une portée immédiatement universelle tant nous sommes pétri/es sans relâche par la conscience de l’injustice au sein de notre espèce à l’échelle mondiale. C’est ainsi. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas que nous avions de la chance de ce côté ci de la planète, tant du point de vue des richesses que de l’espérance de vie. Même si nous ne savons rien en faire, nous pourrions au moins résister un peu chaque jour à la facilité d’être stupide et lâche.

Pour y réussir avec tant d’intelligence, d’enchantement et de cœur, je dédie cet article en date de la journée de la femme, à mon amie du bureau de poste dont j’ignore tout, hormis qu’elle est une résistante.

Rien à offrir

Chacun a sa fenêtre acrylique_David Noir_2009

Chacun a sa fenêtre_acrylique_David Noir_2009

Moi mon nom à moi, c’est Bonnie,
menteur.
L’histoire que je vais vous raconter bla bla bla … est triste. J’en connais des plus tristes, des moins tristes, des dramatiques. Celle-ci est juste triste. Soit vous vous en foutrez, soit vous voudrez sans doute comprendre cette histoire, parce que la plupart des gens veulent comprendre et pouvoir suivre le déroulement des histoires. Moi, les histoires, je les hais. Au mieux, elles m’indiffèrent. Je n’aime que les caractères, les personnages ; je ne veux pas savoir les détails de ce qui leur arrive ; juste regarder comme ils sont beaux parfois, quand je les trouve tels. J’aime mieux les mythes et exclusivement leurs âmes au détriment de ce qui leur arrive. Et inlassablement il leur arrive la même chose – il nous arrive la même chose ; c’est ça qui fait la force de leurs soi-disant histoires ; il n’est plus besoin de les raconter. Elles s’effacent au profit d’un personnage, d’une destinée. Peu importe pourquoi il en est arrivé là ; c’est ainsi ; il n’y a pas d’autre possibilité. Alors pour en revenir aux détails qui font l’histoire triste que je veux, non pas conter, quel vilain mot bon pour La Cartoucherie, mais portraiturer ici, je vais vous en donner les détails en guise d’éternel prologue pour ne plus y revenir. Ce sera fait ainsi et vous n’aurez qu’à vous y référer, qu’à vous en souvenir si cela vous intéresse encore au cours des pages qui, fatalement, ne suivront pas. Autant vous dire que je n’aime ni être tenu en haleine, ni l’art du scénario. C’est pourquoi j’ai de la sympathie pour les jeux vidéo où l'on s'égare; un art étonnant qui souvent prend le relais de la poésie et de l’art réellement abstrait qui se fait attendre pour ouvrir les fenêtres de ceux qui étouffent dans les romans et le cinéma des faibles auteurs. Le théâtre ça servait un peu à ça, mais il a fait plus que son temps. Peut-être juste une façon de présenter les choses. J’arrête cette digression. Celle-là seulement ; parce que des digressions, vous en aurez ; vous n’aurez même que ça. Si vous n’en voulez pas il faut aller ailleurs. Mais là, pour ce prologue, pour donner un petit fil à ceux et celles à qui ça fait plaisir, je vais me discipliner juste une fois malgré le dégoût que j’en ai. Après ça, haro sur le bel art et les habiles rebondissements qu’on prend parfois pour du talent. Les plus malins sont des poètes déguisés en techniciens ; Hitchcock par exemple. J’en ai vraiment rien à foutre de son art du scénario, mais c’est un poète, malgré lui ; malgré sa soif de plaire ; alors on peut rêver par-dessus l’emballage. Mais bon, on en reparlera de tout ce qui pue l’école et des artistes du commerce et des indigents poètes qui aimeraient bien être des commerçants. Enfin, on en reparlera, mais pas moi, je n’ai pas de temps pour ça - de ceux là et de tous les autres. Mais ne croyez pas que j’ai choisi d’être un hermite. Ce que j’ambitionne aujourd’hui, c’est d’être un étranger.
Y paraît que petit, j’ai engrangé de l’amour pour des années, alors tu penses bien que …
L’art de l’artiste me semble être la chose la moins intéressante du moment – il n’est jamais aussi surprenant que l’art du hasard – aux rares exceptions près de certains qui savent courtoisement l’inviter entre leurs murs rigides de créations arides. Merci Kubrick. Mais on les compte sur un doigt. Quelles plaies, les créateurs …
Contrairement à beaucoup d’autres, mon art à moi, est de la merde au vrai sens du terme – non morale, non adulte, non dépréciatif ; juste une expulsion du surplus nécessaire …
Du coup, j’aime souvent les gens haïssables ; qui ont l’intelligence et le savoir faire pour manipuler le monde, pour ne pas en être les dupes – ils ont choisis leurs camps – je ne parle pas ici des imbéciles du pouvoir, mais des joueurs; des petits et des grands.
Finir en auteur serait l’échec le plus cuisant pour moi ; moi qui voudrait n’être qu’un corps. Je fantasme mon être intérieur à longueur de temps et c’est ce que je peux faire de mieux.
Ecrire ne me sert plus depuis longtemps. C’est juste une fonction naturelle. Une défécation obligée de l’âme. En chiant ma prose, je regarde les passants à travers ma lunette. Tiens, voilà un de ces mecs sans exigence ; un de ceux qui trahissent le monde enfantin.
Sûrement qu’il va justement faire des enfants à défaut d’en avoir conservé quelque chose. Mais, non, il a tout vendu à bas prix dans la première moitié de sa vie. Comment, pas d’enfant ? Tu veux la fin de l’humanité alors. Quand on voit ta gueule, on ne peut que souhaiter la fin de l’humanité. Le sens, tes sens, ton sens unique me fait horreur. Eh eh, ils aiment ça la hiérarchie ; ils appellent ça le choix, avoir le choix, choisir ; « je te préfère à quiconque » ; des plus et des moins ; c’est leur vision de la vie à ces petits commerçants. Moi je ne sais pas ; j’ai surtout connu la trahison de mes valeurs à longueur de journée ; le dénigrement comme mode de fonctionnement. « Z ‘auriez pas une cigarette ; j’ vais mourir vous comprenez ; alors c’est un peu urgent ». Main tendue et puis couteau dans le dos, pourquoi pas ? Alors on se retourne vers la culture, le roman ; toujours plus con ; toujours plus débile ; avec le mot choisi ; bien choisi, comme à l’école de la littérature ; celle du mot juste. L’adjectif adéquat ; le beau verbe, les cons ; ils aiment ça ; ils ont l’impression qu’on a fait des efforts, les cons. C’est méritoire. Et puis ceux qui font profession de penser, d’aimer ou de haïr ; d’avoir des goûts ; d’exister. Ils ont sûrement la conviction d’avoir un avis ; moi je n’en ai pas ; juste des réactions sans fondement autre que mon émotivité. J’aimerais bien faire une œuvre de ce fatras d’humeurs car c’en est une en soi ; par nature. Rien à prouver ; rien à atteindre. Pas d’histoire d’amour ; surtout pas ; au mieux la réparation ; le bricolage pour que ça tienne. Le neuf c’est toujours de l’aranaque ; tout est destiné à se dégrader ; c’est comme ça ; à peine c’est sorti du beau sac du beau magasin.
Une page de publicité :
A force de secrets, le viol de l’intime est porté en place publique. Avoir des parents depuis tout petit accentue forcément la propension spontanée à se faire enculer. Ils mentent, toujours ; tout au long de leur vie, ils mentiront. Parce qu’ils n’auront de cesse d’envier la jeunesse dés lors qu’ils comprendront que la leur est envolée. Les jeunes aussi envie la jeunesse ; ça se voit moins forcément ; ils la désirent entre eux. C’est le seul bien de valeur. Tout ce qu’on racontera après est destiné à justifier que notre vie ne dure que la moitié d’elle-même. Arnaque, arnaque ; mensonge brûlant ; la vigueur du corps, et de loin, domine toute la sagesse des vieux. Sagesse, bon sens, invention des pauvres, des miséreux qui ont perdu la vie mais se refusent à l’admettre. Il n’y a rien à faire dans la vie que d’attraper la queue du Mickey au bon moment et vivre sur ses acquis. Sinon c’est une autre histoire ; celle de la mort. Elle est un peu plus intéressante que les autres, mais aussi moins dorée à nos yeux embués à la sauce Walt Disney. Pourtant, il me semble bien que la majorité d’entre nous a choisi plutôt la mort comme mode de vie. Pour choisir la vie, il aurait fallu de la conscience, de l’inconscience, du courage et de la cruauté. Les animaux choisissent la vie. Il n’y a pas de civilisation ; il n’y a que la culture de la mort. La vie se passe de culture ; elle est prédatrice et dévore tant qu’elle en a les ressources. La vie a pour unique fonction de se sustenter et d’être. Elle n’existe pas comme idée. La nature n’a pas d’idée de la vie et la vie n’a pas de projet ; seuls les morts en ont. Les uniques projets que je connaisse sont destinés à habiller, déguiser le processus de mort en dynamique de vie. Parce que ça fait mieux ; parce que les dieux de la mort n’ont pas la côte depuis que la vie est une valeur, qu’on l’a choisi comme valeur absolue. C’est là où le bas blesse car la vie n’a pas d’intelligence et ne se soucie pas d’en avoir. Elle n’a que de la bio-logique ; elle n’est pas distincte de la survie. L’humain plus imbécile encore que les autres qui a distingué la survie de la vie est sûrement le même critique d’art idiot, le même spectateur hypocrite et bêtement bourgeois, qui voudrait une distinction entre pornographie et érotisme ; juste parce que ça lui fait mal au cul - aux idées de son cul, d’être sans importance.
Au fond, je suis d’avantage marqué par une modeste idée qui me traverse l’esprit que par un film de tâcheron avec toutes ses heures de travail. L’accumulation du temps de travail joue contre l’efficacité.
Sur une certaine voie ; sur une voie certaine. À bien y réfléchir, faute de mieux, je suis finalement pour la préservation de la connerie de l’espèce humaine. Parents, après avoir mis bas, suicidez-vous. « Ben mon colon, répondra-t-il, assis sur ses chiottes ».
Ben voyons, ne réagis pas comme ça. T’es plus dans l’ coup papa. Et alors, parce que je te dis des mots, tu crois que je te dis la vérité. Mais oui, je t’aime bien.
Le sentiment du travail – L’indicateur « labeur » - Le centrage sur sa liberté.
Qu’est-ce que tu veux en faire ? – Qu’est-ce que tu ne veux pas en faire ? – Tout est bon. Tout est bien qui finit un jour prochain
Peut-être que la pire des aliénations est d’avoir des parents qui vous aiment.
Leur amour est un poison sirupeux qui vous colle les ailes et vous pousse à obéir.
Puis-je encore me sauver ? Par où ?
L’amour comme monnaie d’échange empêche de vivre.
Je comprends tellement qu’on se saoule de grandeur d’âme et de beaux sentiments, mais alors, qu’on soit seul. Qu’on ne fasse pas chier les autres avec son état. Alors donnez de l’alcool gratuit, de la drogue bas de gamme, de l’affection sans morale. Donnez sans réfléchir, sans calcul. Vous verrez bien après ce que vous avez perdu dans le naufrage, car il y en a de plus beaux que la réussite enjouée.
Eh bouillie de pixel, toi qui reçois mes mots graves, virtuels et ridicules, voici le programme de ma journée d’humain.
Je dois : remplir mon estomac, vider mes couilles, vider mes intestins, laisser aller ma tête, parfois tendre mes mains.