Articles

, , , , , , , ,

ET SI C’ÉTAIT VOUS  ?

Et si c'était vous ? - David Noir
David Noir - Et si c'était vous ?

Je mets l’ange

De la nocivité des administrations culturelles de l’Etat

Le mouvement de dégradation de la protection sociale dans son ensemble et du soutien aux équipements culturels en particulier, s’accélère dans notre pays. Tout le monde hormis ceux en charge de redresser la barre semble s’accorder pour en convenir. Inutile d’en vouloir à ces derniers de cette malheureuse mauvaise foi, l’esprit politicien est conçu pour nier les évidences. Lire la suite

, , , , , , , , ,

Le cerveau est l’enclume

Le public de Scrap - Le Générateur - Photo Karine Lhémon
Le public de Scrap - Le Générateur - Photo Karine Lhémon

Le public de Scrap – Le Générateur – Photo Karine Lhémon

La civilisation vaut mieux que la culture

Elle est moins prétexte à l’obscurantisme des peuples centrés sur le folklore de leurs acquis culturels. À mes yeux, toute culture ne sera jamais qu’un pauvre folklore face à la civilisation de l’élaboration de soi-même. Lire la suite

, , , , ,

SCRAP Diary – 05 / À quoi sert la guerre ?

David Noir - Scrap
David Noir - Scrap

David Noir – Scrap

La civilisation vaut mieux que la culture

À quoi sert la guerre ?

Je parle ici de la guerre quasi ethnique, culturelle, passionnelle et pulsionnelle. La guerre raciale pourrait-on dire, au sens de l’affront fait par la race que représente « l’autre ». Lire la suite

, , , , , , , ,

SCRAP Diary – 01 / Et volent les poissons …

David Noir - Scrap - Collage
David Noir - Scrap - Collage

David Noir – Scrap – Collage

Au cours d’une vie, on ne compte plus les moments où l’on n’est pas soi-même

Même tout seul, on peut avoir le sentiment de n’être pas en phase avec son être profond. On ne s’écoute pas. C’est plus tabou encore que de rêver violer des jeunes filles ou de fantasmer sur les corps des enfants. On ne se rêve pas. Lire la suite

, , , , , , , , , , ,

Journal des Parques J-14

David Noir - Médée-Guenon
David Noir - Médée-Guenon

Médée-Guenon par David Noir – « J’ n’attends plus rien » d’après Fréhel – Paroles: Guillermin. Musique: Malleville, Cazaux 1933

Comme un cheval sur le halage, trime et tombe au cours du voyage

La première image qui me soit venue instinctivement quand je me suis mis en tête de créer sur scène le premier épisode de La Toison dort en 2007, dans un lieu de création de Montreuil fièrement nommé La Guillotine, à l’invitation de Philippe-Ahmed Braschi, fut celle d’une guenon anthropomorphique aux attitudes mélodramatiques. Lire la suite

, , , , , , , , , , , ,

Journal des Parques J-36

David Noir - La Toison dort - Photo Karine Lhémon
David Noir - La Toison dort - Photo Karine Lhémon

David Noir – La Toison dort – Photo Karine Lhémon

Ne sens-tu pas le vent tourner ?

Le vent porteur de ce qui était honteux devenir légitime ? Le radeau chaotique de la morale moralisatrice sous tes pieds s’ébranler ?

Hélas, non, bien sûr.

Le thème du zoo humain, du type de celui dans lequel on exhiba des kanaks durant l’exposition coloniale de 1931, m’inspire depuis toujours. J’y jouais déjà étant enfant, en m’installant dans ma chambre à demi nu, derrière des barricades de fortune Lire la suite

, , , , , ,

Journal des Parques J-42

David Noir - carte mentale - projet Toison
David Noir - carte mentale - projet Toison

Organigramme prospectif du projet Toison à ses début en 2007

Qu’on me pénètre, « why not ? »

Mais que je balise le chemin, ça me fait bâiller.

Trop usé pour vraiment écrire aujourd’hui. Enfin, faux de l’exprimer ainsi ; de l’écriture, il en suppure tout au long de la journée, la preuve, comme d’une plaie qui ne cautérise jamais vraiment à force d’être grattée et que la croûte en soit arrachée par agacement ; tout le monde connaît bien cette histoire. D’ailleurs les histoires – je parle de celles des êtres humains et même de celles qu’ils se plaisent à raconter et revendiquer comme de … je sais pas quoi ; de l’art peut-être ; du roman, du théâtre, du cinéma, de la peinture …  j’en sais rien ; je m’en fiche un peu d’ailleurs – bref des histoires, c’est bien ça qui est toujours lourd à mettre en forme. C’est ça qui m’a toujours pesé et que je ne souhaite jamais faire. Mais malgré tout, il en reste encore quelque chose qui s’impose ; une volonté de « dire » et communiquer sous un mode accessible. Lire la suite

,

Aube et prospective

David Noir - Revolver en chocolat
David Noir - Revolver en chocolat

David Noir – Revolver en chocolat – Moulage réalisé pour La Toison dort

4h du matin ; spontanément j’ouvre les yeux

Dans la foulée, je me lève pour vivre.

Un sentiment d’urgence à le faire m’habite. Un peu trop. Je voudrais que ça se calme un peu. Ainsi fait, tout m’irrite, tout m’agresse, une majorité de notre quotidien m’angoisse, mais loin au fond, dans le dédale de mes projets, de mon devenir, tout m’enchante. Lire la suite

, , ,

La nudité : une affaire d’enfance – la poésie : l’instinct de créer l’instant

Enlacement - Valérie Brancq - David Noir
Enlacement - Valérie Brancq - David Noir

Enlacement – Valérie Brancq – David Noir

Nos corps nus, nos sexualités, les fantasmes et tabous générant notre excitation…

bref, nous et nous, en bref

Il semble que les représentations de nos propres corps, arrières pensées et pulsions continuent de nous poser des problèmes avec leurs images ou disons plutôt, avec la nôtre, celle de notre espèce. Lire la suite

, , , , , , ,

Rien à offrir

Chacun a sa fenêtre - acrylique - David Noir 2009
Chacun a sa fenêtre - acrylique - David Noir 2009

Chacun a sa fenêtre – acrylique – David Noir 2009

Moi mon nom à moi, c’est Bonnie

Menteur

L’histoire que je vais vous raconter bla bla bla … est triste. J’en connais des plus tristes, des moins tristes, des dramatiques. Celle-ci est juste triste. Soit vous vous en foutrez, soit vous voudrez sans doute comprendre cette histoire, parce que la plupart des gens veulent comprendre et pouvoir suivre le déroulement des histoires. Moi, les histoires, je les hais. Au mieux, elles m’indiffèrent. Je n’aime que les caractères, les personnages Lire la suite