Lady Commandement

Rien ne m’importe.

Il faut être là et c’est tout.

Le vivant, c’est là ou bien ça n'est pas ; et c’est tout.

Là, devant mes yeux et c'est tout.

Tout ce qui n’y est pas, n'est pas, n'existe pas.

Ceux qui ne s’y trouvent pas, dans ce « là », sont provisoirement effacés ou morts.

Ambiguïté du bon citoyen.

Comment se fait-il que l’autre ne me touche pas à tous coups ?

L’universalité n’est sans doute pas pour tout le monde.

L’image des douleurs du passé est plus belle que la permanence actuelle des violences, plus aisément poétique.

Le temps fait voile à rebours, jette un tulle de théâtre sur la vision détaillée des crimes anciens.

La beauté tragique de l’Histoire est plus conviviale que l’horreur imminente.

Il faudrait visiter ce qu’il reste des camps pour savoir.

On peut s'extasier secrètement de l'intensité symbolique d’une photo d’Auschwitz ; on ne voit que crasse et misère à Lampedusa ou ailleurs.

Photo contre photo. Champs contre Champs.

Élysée ouvert au repos pour qui a bien fait son travail.

La Shoah commence à prendre des couleurs au soleil des drames d’aujourd’hui.

L’empreinte n’est jamais qu’un souvenir.

Nous passons dans l'Histoire et les manuels s'illustrent des beaux desseins d'une humanité nouvellement colorisée, toute entière.

Séduisante carte postale, les morts vivants y deviennent émouvants et poétiques comme les petits chevaux de Lascaux.

Nous cesserons de nous battre au premier sang. C’est le duel des intellectuels héroïques. C’est leur conception de l’héroïsme. Pas celui qu’ils admirent chez les antiques, mais celui qu’ils pratiquent à la petite échelle du discours et de la discussion. Gentilshommes. Gentils hommes pas si gentils que ça puisqu'ils parlent depuis là où ça meurt. Tout est sujet à commentaires je crois.

Ah ! Quelle belle robe élégante à traîne lourde et damassée j'ai la sensation de porter quand je me mets ces mots en bouche !

Haine puissance haine ! Trop d’évidences sépulcrales sont dites pour ne pas me vêtir voluptueusement de mon exponentielle incohérence. Quoi d’autre ?

Ai-je du style ? Non, vraiment je ne crois pas ; je ne l'espère pas. Tant d'autres cherchent à se draper d'une forme flamboyante avant de disparaître.

Moi je me contenterai de peu. Du peu dont je suis - contente.

Plus important, mon isolement s’est liquéfié dans mes veines et sa liqueur goutte à goutte au centre exact de mon esprit clair.

Ça résonne sur mon sol rayonnant et je comprends soudain ce "Pourquoi ?".

Mais peut-être que personne ne vient jamais m’y chercher parce que personne n’en a la clef. De mon esprit, non pas du sol.

Parce qu’il n’y a pas de clef, parce qu’il n’y a pas d’entrée, pas plus qu’il n’y en a à un œuf. Parce qu'il n'y a pas de résonance sous la voûte si réduite d'un pareil habitacle.

Pas d’autre solution que de le briser pour mettre à jours son vitellus.

Mais je mourrais alors et alors, libre comme une coquille fendue, comme un mur lézardé sur le point de crouler, je m’épancherai tout vivant comme un liquide au dehors.

Pour l'instant, j’ai le cœur dans mon estomac et un sexe dardé à la place de la langue. Appétit de jouir ou bien faut-il manger ? Rien ne m'importe hors ma voracité. Sentimental hermaphrodite, je me suffirai à moi-même.

Je me survivrai même quand d'autres agoniseront, le petit peuple de leurs familles décaties, agglutiné en grappes, arrimé à leurs entrejambes. 

Comme ils auront vieilli quand, non mort, je sucerai encore le fruit de leur descendance.  

Quand j’arriverai au jaune mon œuf sera content, obscur et creux, de n'être plus qu'une coquille vide. Je l'envie.

Je dévore mon temps et la détresse des autres en attendant.

C'est exaltant de vivre aux portes des malheurs d'autrui.

Volupté d'être rempli, rien ne m'importe que d'être nourri.

Tant qu'il poussera des blés sur des terres labourées de mots, copieusement arrosées de sang,

Je m'assoupirai content.

 

suivre)

Lady Commandement – Extrait du texte progressif original « L'étable de la loi » 

3ème interprétation "La Goule"

Les Camps de l'Amor © David Noir 2015

 

Les camps _ Anis Gras_web2 ScèneVivante_Stage_regarder_ailleurs_02 Iconicum2

Journal des Parques J-7

nu_comme_un_ver01
"Nu comme un ver" avec Georges Milton, réalisé par Léon Mathot - 1933

Je vais bientôt savoir si cela a du sens d’aller au bout de ses forces. Mon cerveau est tellement brouillé par la quantité d’éléments qu’il a gérés chaque jour depuis des mois, que je rêve de choses, de personnes et de lieux, sans plus arriver à savoir si je les ai réellement faites, rencontrées ou vus. Je croyais avoir soutenu des rythmes infernaux à plusieurs étapes de la réalisation de La Toison dort, quand il fallait bâtir un épisode par mois en solo ou élaborer la dernière version, créée au Générateur sous une forme collective,  à l'origine des Parques. Aujourd’hui, ces divers moments me semblent le tout-venant de la création ordinaire.

Ce qui est indispensable, ce n’est pas tant que les choses soient faites ; c’est qu’elles soient sorties de votre tête parce qu’elles ont été faites. Dès lors, je n’ai pas trouvé d’autre issue que de les concrétiser. Ne pas les faire par lassitude ou les refuser, aboutit à laisser s’emmagasiner un véritable amas toxique de déchets non traités à l’intérieur de soi et tout particulièrement, entre ses connexions cérébrales. Cela va du plus petit détail, comme trouver tel accessoire au meilleur prix, le commander de façon à le recevoir dans le bon timing, entrer sur ordinateur une facture mise de côté, jusqu’à la fabrication de montage vidéo ou d’images. Le problème n’est pas dans ce qu’il y a à faire, mais dans la quantité incompressible et ininterrompue d’évènements à traiter. À moins de renoncer à des pans entiers de réalisation ou à me laisser aller à me mettre en grandes difficultés en faisant l’autruche, il n’y a pas d’autre alternative que de répondre le plus possible aux exigences de ce que j’ai moi-même créé.

Étrange effort dans le contexte duquel le temps de faire un café est réellement pris sur autre chose. Je ne me demanderai plus pourquoi des gens courent des marathons pour le « plaisir ». Jusqu’à ces textes quotidiens que je ne peux m’empêcher de produire et dont la rédaction est terriblement chronophage. Ce qui est devenu pour moi, vraiment intriguant, c’est de me demander « qu’est-ce qui » gouverne tout cela ? C’est probablement la question de fond qui m’habite et qui pose également celle de la distance. Sprinter en tête de peloton amène à se mettre hors de portée des autres. Quels autres ? Il ne s’agit pas d’une course où je dispute quoi que ce soit à des concurrents. Je suis seul avec moi-même dans cette épreuve et ne retrouverai la présence de l’équipe et des spectateurs, réellement que le jour J. Ce jour là, je n’aurai plus rien à faire, que me laisser porter. Car si je mets sur pied cet objet complexe et bizarre, c’est aussi pour me payer des vacances. Vacances de quoi ? De tout, je crois bien. De ma vie telle qu’elle se déroule. N’y pouvant désespérément rien changer, je mets en place un suicide agréable. Une alternative à la vie qui ne réclame pas matériellement de sacrifice à la mort. Un entre-deux dans un pays factice que je n’aurai plus qu’à visiter parce que, peuplé par mes partenaires et celles et ceux qui viendront, il sera devenu méconnaissable. Comme une lande abandonnée ou sauvage qui tout d’un coup, s’urbanise. C’est ce que, dans ma conception, un spectacle vivant doit être. Un souvenir dont on peut se remémorer tous les détails comme si on l’avait vécu et qui, le jour venu où il s’incarne de façon tangible, n’a plus du tout la silhouette familière qu’on s’était imaginé lui avoir connu. Là aussi, la distance imposée par l’évolution des formes vivantes joue à plein. Je ne me figure donc pas, le jour de notre première, donner enfin corps à une image fantasmée, mais au contraire, rencontrer des années plus tard, un ancien camarade vieilli et changé. Est-ce mon enfance toute entière qui se trouvera ainsi réhabilitée et remodelée par les ans et les visiteurs, passagers de sa mémoire ? Je ne le crois pas et n’en nourris pas l’espoir. À l’opposé de ce que l’on pourrait imaginer, il n’y a rien de nostalgique dans ma démarche. Mon univers d’enfant est pour moi un matériau, rien de plus. C’est mettre ce bagage à l’épreuve de l’actualité qui m’intéresse. « Puis-je encore vivre aujourd’hui avec ce dont je suis fait ? » est une question à mes yeux plus pertinente et qui peut être reprise par n’importe qui, qui avance en âge. L’adaptation au monde qui court met encore en jeu la distance. Peut-on le rattraper, lui qui s’est mis soudainement à avancer à enjambées doubles ou triples de ce qu’on a connu ou eu la sensation de vivre ? Je tente le pari. Je ne veux pas vivre davantage retenu par le passé, par tous les passés quels qu’ils soient, même les plus récents. Il s’agit de tout faire éclater avant de ne plus en avoir la force ; de tout mettre sur le tapis et foncer dans ce tas pour qu’il se désintègre ; pour qu’il vole en éclats de toutes parts en un strike monumental. C’est mon plan. Je n’en ai pas d’autre. Aussi, dans ce but, ai-je embarqué la cargaison maximum, non pour survivre grâce à elle, mais pour tout flanquer par-dessus bord.

« Nu comme un ver » est le titre d’un film de 1933 (encore cette année obsédante qui engendra Hitler, King Kong et ma mère !) réalisé par Léon Mathot, avec en vedette, le comédien et chanteur fantaisiste Georges Milton, au style plus parigot encore que Chevalier et tout aussi connu à son époque. C’est lui l’interprète de la célèbre chanson bien de chez nous, qui contient dans son refrain « faire pisser Mirza, c’est pour mon papa, les dessous troublants c’est pour ma maman … » Plus connu encore est « La fille du bédouin », qui fait toujours, je suppose, les beaux jours des festivités en maison de repos. L’argument du film nous met en présence d’un homme d'affaires, très riche, qui relevant un défi, parie qu'il peut recommencer sa carrière à zéro. Il gravira ainsi à nouveau les échelons de la société et, une fois redevenu riche, rencontrera l’amour. Afin d’accomplir son exploit, je me souviens qu’il demande à être laissé, dépourvu de tout, sans vêtement, ni argent au beau milieu d’un champ. Je dois dire que c’est tout ce dont je me souviens du film, l’ensemble m’ayant paru assez pénible, notamment à cause du jeu outrancier de Milton, dont j’avais trouvé le personnage arrogant et peu sympathique. Le film a dû être diffusé au ciné-club de Claude-Jean Philippe, un vendredi soir. Comme bien souvent en ces occasions, je l’ai regardé en compagnie de mon père, sûrement ému de revoir un des longs métrages sortis durant sa jeunesse. Je me rappelle avoir été également frappé par la ressemblance de l’acteur principal avec Béla Lugosi, dont il avait la coupe de cheveux plaqués en arrière et la même rondeur de visage qui m’a toujours semblé difficile à faire cadrer avec l’image que je me faisais du comte Dracula, rôle qu’a tenu au cinéma le grand acteur hongrois à plusieurs reprises. Peu importe, en l’occurrence, il ne s’agissait pas de décerner le premier prix du concours de l’acteur le plus grimaçant, mais de comprendre ce qui, malgré tout, m’avait quand même tenu en haleine jusqu’au bout de ce film peu enthousiasmant. Je crois bien que l’anecdote scénaristique de départ en était la seule et unique cause. Je ne veux pas dire que j’ai vu un homme nu à cette occasion - la réalisation ne se le serait pas permis dans un film destiné à être aussi populaire et avec une pareille vedette dans sa distribution. Non, je me souviens que les hautes herbes du champ étaient particulièrement bien fournies pour qu’on ne voit que le haut du torse potelé de Milton. Je crois d’ailleurs que le plan est juste assez long pour donner son sens à l’histoire et justifier son titre. C’est uniquement, l’idée d’être ainsi volontairement seul et totalement nu, livré à soi-même et à sa débrouillardise, à quelques kilomètres d’une ville que l’on s’apprête, non à fuir, mais à investir - voire dans ce cas, carrément à conquérir, qui m’a interpellé.

Si j’en croyais ce cinéma patriote, impossible n’était pas français. J’aurais pu m’en contenter, mais le plus important fut que ce script recelait une notion qui fit son chemin dans ma tête depuis : il y avait un plaisir à se lancer des défis et surtout, que la liberté n’était jamais acquise et même, qu’il était bénéfique et vivifiant de temps à autre, de l’annihiler de son chef, pour mieux la reconquérir, quitte à la retrouver identique. Le chemin parcouru en serait sa nouvelle richesse. Ainsi je compris la nécessité de faire voyager ses désirs, parfois aux antipodes d’un relatif confort ; de les contrecarrer même, pour leur donner plus encore de force à exister. Pour les consolider.

Je ne fais pas du tout l’apologie de la frustration, que j’ai en horreur - en témoignent certains de mes posts - en disant cela. Je parle du besoin d’aller voir au-delà de ses désirs pour ne pas se contenter d’en être satisfait. La différence est de taille. Les frustrations entravent l’individu contre son gré, alors que pousser ses aspirations les plus importantes dans leurs retranchements, leur fait en exprimer l’essence. J’ai opté, en guise d’embarcation pour ma vie, pour la scène et la mise en scène. Chaque nouvelle aventure dans ces contrées, renforce mon acuité à y voir plus clair, affûte mes capacités à en détailler les mécanismes physiques et les lois, m’apporte davantage de précision pour en discerner les contours. Distances et angles de vues permettent de visualiser une géographie en volume. Dans mon cas, j’ai délaissé celle, trop terre à terre à mon goût, se contentant de tracer et rendre visible placements et déplacements, furent-ils de sentiments et d’intrigues, au cœur de l’espace et du rythme d’un spectacle. J’ai bien davantage aujourd’hui la sensation de mettre en scène et de proposer une dramaturgie vivante, en décalquant les rouages de mon labyrinthe psychique à la pointe de mon crayon sec, puis en demandant à mes partenaires de repasser aux pastels gras, sous les couleurs variées de leurs interprétations, les volumes que d’instinct, ils en feront sortir. Je tente une transmission osmotique de mon cerveau et de mes humeurs créatives.

À vous qui me lisez, je propose aussi de partir de ce plan multi dimensionné, quoique flou et lointain pour ceux/celles qui ignorent tout de moi, afin néanmoins, de faire sortir les murs de terre, pour que bâtisses et fortins de cow-boys suivent l’inclinaison de vos propres fils à plomb, il faut bien le dire - comme chez tout le monde - rarement d’équerre avec le sol.

Aux Dieux et aux Parques, durant ces quelques jours, d’avoir la bienveillance de les lester le moins possible, au cas où quelques enfances et petites libertés perdues à reconquérir, voudraient se donner le loisir de germer à nouveau, en poussant cette fois, un peu plus haut que les grands blés serrés du champ où elles ont été égarées.

Journal des Parques J-33

Martin-Stephens-Village of the Damned
Martin-Stephens-Village of the Damned
Martin-Stephens - Village of the Damned

La solitude c’est quand les gens autour de vous ne vous font plus rire. Quand nos problématiques se décalent de telle sorte qu’elles n’entrent plus en résonance. On ne se sent plus compris, ni apte à s’expliquer. L’envie de convaincre vient à manquer comme quand il n’y a plus de sel au fond de la boîte en carton en forme de tube et à bec versoir. On croit que c’est infini le sel, tellement il y a de grains, fins, nombreux ; tellement on en utilise peu. Seulement c’est tous les jours qu’on en a l’usage. Alors un jour, c’est la fin de la boîte en carton en forme de tube ; on en voit le fond, chose qu’on croyait impossible, inimaginable. Ça doit être comme ça que tout arrive de façon visible, à son terme, quand on choisit de vivre dans la conscience. Plus qu’à un pas de l’exclusion ; plus qu’à deux centimètres de la mort. En fait, je ne sais en quelle unité ça se mesure la distance à la mort. Certains diraient en secondes, minutes, jours, années, mais c’est un peu grossier tant il y a de nuances intermédiaires. Je ne tiens pas ce journal pour raconter ma vie mais pour témoigner d’un parcours. Tiens là, on a le sentiment - car c’est toujours une évaluation ; pas de carte précise – qu’on est à tant de miles de la mort. Oui, pourquoi pas des miles. 1609 mètres, me dit-on sur Internet. À vrai dire, je m’en fiche un peu. Non, Miles pour moi, ça dénommerait plutôt le petit garçon du Tour d’écrou d’Henry James ; particulièrement à travers son interprétation par Martin Stephens dans l’adaptation filmique de la nouvelle par Jack Clayton, avec Deborah Kerr en 1961. Il paraît qu’ « ils », comme on dit, l’on repassée hier à la télé ; je ne sais sur quelle chaîne. J’ai vu ce film, 10, 20, 30 fois, je ne sais pas, depuis son premier visionnage un mercredi après-midi de mon enfance. Le film s’intitule Les Innocents, ce qui est excellemment trouvé au regard de l’ambivalence que dégagent les enfants dans l’histoire. Tellement à mon goût même, que c’est ce titre également que j’avais choisi pour ma fable sur fond d’enfance de bonne famille, créée en 2003, dernier volet du triptyque entamé par Les Puritains, puis Les Justes-Story et qui clôtura l’aventure de la compagnie La vie est courte deux ans plus tard. Ce même Martin Stephens, au maintien aristocratique si singulier pour son âge, m’avait déjà happé par son charme glacial et dangereux qui opérait à l’identique dans Le village des damnés réalisé par Wolf Rilla en 1960. Le petit Martin tenait tête cette fois à George Sanders, tout aussi admirable que Deborah Kerr deux ans plus tard, pour lui donner la réplique et se mesurer à toute la puissance démoniaque de ce petit prince, si parfaitement extraordinaire au cinéma qu’on aurait peine à l’imaginer différent dans la vie. D’ailleurs, qui est-il donc, Martin Stephens et qu’est-il devenu aujourd’hui ? Né le 30 juin, le 19 juillet ou en janvier de l’année 1948 selon les sources, il fêtera donc ou a fêté ses 65 ans cette année et doit probablement être à la retraite d’une brillante carrière d’architecte qui fut son second et durable métier, puisqu’il abandonna le cinéma volontairement après un dernier film pour la Hammer en 1966, intitulé The Witches. Il vivrait, d’après un article de Wikipédia, aujourd’hui au Portugal. Comme ce fut le cas pour les inconditionnels de Garbo de son vivant et jusqu’à ses derniers jours, après sa brutale interruption volontaire de tournage (IVT, dirait-on donc pour les actrices dans ce cas), quelque chose en moi souhaiterait ardemment connaître le visage actuel de l’homme mûr qu’il est devenu ; au moins, le deviner, l’entrapercevoir. Qui devient-on en ayant eu le regard et les traits de cette enfance là ? J’aurais tellement désiré être lui à son âge (ses personnages tout au moins) ; avoir cette autorité sur les adultes, cette maturité sexuelle indécente lui octroyant le droit d’embrasser à pleine bouche la gouvernante Miss Giddens-Deborah Kerr, médusée par ce baiser de « bonne nuit ». J’aurais voulu avoir son pouvoir de petit damné extraterrestre, quand il envoyait s’écraser contre un mur un sale type, bien contre son gré, au volant de sa voiture. Mais par dessus tout, j’aurais échangé tout mon être, ma peau mate et mes cheveux brun contre un gramme de son charme ensorceleur de petit blondinet indifférent aux tragédies des vies d’autrui, moi qui me sentait pétri d’empathie pour le plus malformé des chiens boiteux. Oui, moi aussi, comme certainement des centaines d’autres des deux sexes, adultes compris, je fus amoureux sidéré de ce petit garçon attirant comme une étoile magnétique, incarnant avec la réserve parfaite d’un gentleman, toute la provocation du désir enfantin. J’étais donc pédophile à 10 ans ; la belle affaire ! Peut-on être accusé de pédophilie étant soi-même enfant et d’autant plus, amoureux fou d’un jeune homme en réalité de 15 ans mon aîné. J’imagine et j’espère, me replongeant dans les mystères de la fascination des icônes et de cette bouille sidérante, que Mr Stephens rirait avec moi de bon cœur de la teneur à l’ambivalence infinie de cet amour contre nature, par celluloïd et décennies interposées. Nous deviserions, assis confortablement dans un salon anglais, prenant le thé, aujourd’hui ; moi, avec ma cinquantaine actuelle faisant cette fois figure de jeune homme auprès de lui. Le temps nous aurait rattrapé et inversé la donne. Mais quelle importance, le temps ? Fini donc, le cinéma. Je lui demanderais néanmoins, habilement glissé dans le fil de la conversation en essayant de camoufler l’indiscrétion salace de ma question, s’il a souvenir d’avoir eu du plaisir en embrassant brièvement mais densément Miss Deborah Kerr lors du tournage ; s’il en a été ému dans son corps de petit garçon, peut-être même après coup. Et après m’être amusé ainsi et réjoui d’une pareille entrevue, je lui souhaiterais un très joyeux anniversaire, passé ou à venir, et ponctuerais ma phrase d’un baiser sympathique, plein de la chaleur de mon admiration d’enfant sur ses lèvres charmantes, quoiqu’un peu plus que sexagénaires 😉

Martin Stephens apporte aujourd'hui son soutien au sauvetage de la faune sauvage, notamment à travers la vente de ses photos dédicacées, qui peuvent être commandées par l’intermédiaire de ce site: http://martinstephens.org/
Le gif animé que j'ai utilisé comme illustration provient de ce blog  http://gifdaygif.blogspot.fr/2012/09/village-of-damned.html

Pornographie et vent frais de l’acte gratuit

David_Noir_AltérésGo!

David Noir - AltérésGo! - Photo Karine Lhémon

L’intime qu’on ne pourrait réussir à montrer sans tomber dans la porno ...blablablabla … : une thématique insupportablement naïve, bête, banale et tellement récurrente. « « Tu comprends, la suggestion de l’érotisme, c’est tellement plus fort que la brutalité pornographique… »
« Oui, oui, oui … et mon cul ? » répondrais-je sobrement ?

J’ai effectivement remarqué que l’une des questions de base les plus courantes quand il s’agissait de disserter autour du nu en scène, était malheureusement la plus absurde et la plus misérablement propre à trahir la gêne et la limitation de ceux et celles qui se la posaient : qu’est-ce que ça apporte ?

Ah … ?! Et d’être vêtu qu’est-ce que ça apporte ; et de dire un texte qu’est-ce que ça apporte … ?

À la suite de cette interrogation, on observe, une fois l’expérience tentée par un spectateur a priori sur la réserve, que s’il ne s’est pas laissé totalement convaincre, une balance destinée à trancher tente de s’équilibrer dans le cerveau du questionneur perplexe. Il apparaît que les paramètres sont bien souvent les suivants :

Soit « l’audace » lui a semblé justifiée par le propos et l’a rendue acceptable, quand elle n’est pas, après évaluation, soudainement devenue indispensable à la narration.

Soit le concepteur a commis l’impardonnable en sacrifiant au plus grand des blasphèmes artistiques du moment : la gratuité. Voilà une vaste bouée de secours à laquelle une belle majorité de connaisseurs intelligents aime à s’agripper d'un seul homme.

Et si le sujet antérieur à tous les sujets était finalement la bêtise de toute culture stagnant dans les marécages de ses propres valeurs ? Pas immanquablement la bêtise profonde, mais l’ombre de sérieux, que je distingue de la passion grave et habitée, qui vient animer souvent sans grâce, l’esprit des lois.

De même qu’un certain esprit bâtisseur vise le capital, une certaine anarchie cible les concepts de la gratuité. La morale n’est pas mon sujet, mais l’humain l’est, avec son cortège de surprenants engouements. Ainsi je ne peux regarder qu’avec défiance, ceux de nos concitoyens en charge des plus hautes fonctions sociales, de l’éducation à la gestion des images, qui, pour certains, portent atteinte gravement à leur crédibilité en dévoilant avec une inconscience coupable, leur manque absolu de simplicité dans le rapport à leur sexualité, voire de terreur à peine déguisée quant à leur corps « publique ». Il en va de même des penseurs, des artistes et même des interprètes dont les comportements si peu réellement enfantins n’inspirent aucunement la confiance qu’ils cherchent à faire naître. Ainsi les libres penseurs se font rares et semblent avoir de moins en moins d’influence sur le pouvoir. Avoir l’air plutôt qu’être a toujours eu ses adeptes ; l’idée ne me révulse pas plus que ça. J’aime les libertés et particulièrement celles qui me garantissent une bonne distance d’avec ceux que j’estime dénués d’attraits. Mon voeu le plus cher étant d’être pris en compte pour mes travaux et distingué pour mes talents, je tiens à m’affirmer ici dans toute la passionnante ampleur de mon sujet sans rien en cacher : le cru ; le sexe ; le nu ; toutes les pornographies ; la place sociale des fantasmes ; l’aspiration au pouvoir, l’enfance broyée qui nous constitue ; les masques du quotidien et le jeu de tous ces facteurs réunis en nous; le vocabulaire de l’excitation sexuelle ; la honte et l’arrogance dans l’obscénité ; le dévoilement, par le truchement de mots et d’images de toutes sortes, de ce que l'on ne parviendra sans doute jamais tout à fait définitivement à dire, mais qui fait notre quotidien le plus joyeusement universel : le désir animal.