Journal des Parques J-28

David Noir _ bouche et torse
Fragment - Autoportrait
PARQUES – MODE D’EMPLOI – partie 2

Ce que je cherche, la vraie énergie des choses ; elle en moi ; pas ailleurs. Ça commence ici.
Un paragraphe d’introduction au projet « La Toison dort », rédigé pour le programme de ma première date de création solo de JaZon à La Guillotine et daté du 22 mai 2007, commençait ainsi :

Ça commence par un homme seul, préparé depuis l'enfance à la conquête du pouvoir et marchant à la rencontre du « plus grand nombre ». On l'appellera Jason. S'ouvre ainsi l'ère de la lâcheté des hommes face à la détermination d'un seul.

Ce qui importe aujourd’hui, au J-28 de cette quête, c’est ce que je ressens là. Ce n’est pas une exaltation éphémère. Ce n’est pas une exaltation du tout. Ce n’est pas lié au passé. Ce n’est pas une projection dans l’avenir. C’est une somme de décisions aussi mûrement réfléchies que j’en suis capable et finalement prises. Enfin, écrire me sert à quelque chose.

Décisions prises ; réponses en partie trouvées sur la place « d’être ». En partie seulement, car dans cette affaire, il faudra que vous soyez là et elles/eux aussi, mes partenaires. Moi je serai en face, ailleurs ; en tous cas, pas mêlé. Pas emmêlé. Juste à ma place, à distance pour bien opérer. Je suis loin d’être un être distant, mais c’est là que je suis, à distance car c’est là qu’on m’a mis et je n’ai finalement pas le choix d’autre chose. Alors, inutile de s’épuiser à agiter les bras en moulinets de panique comme le petit bonhomme perdu et effrayé de mon blason. Cette place, je la tiens désormais. C’est une place forte, comme on le dit d’un endroit stratégique et bien défendu.

Un des objectifs est accompli. Je suis maître de ma vie. Seul. Seul maître à bord de ma vie.

Débarrassé des odeurs du passé, de pépé et du théâtre d’avant-garde …   Les 100 ciels d’un monde vivable 1

Quoiqu’il m’en ait coûté, c’est ce qu’il fallait faire. Les derniers efforts sont en vue, comme les rivages dentelés d’un Eldo-radeau qui ne serait rien d’autre que la vie dans soi, pour soi et non plus pour les autres. J’y perds mes derniers ducats dans les ultimes coups de rames qui amènent ma chaloupe à en accoster la rive et finalement me permettent d’y poser le pied.

Fin de ma vie, fin d’une vie. Et aussi ça. J’adore.   (OR DONNÉ - Les Parques d’attraction – La foire aux consciences )

 

2 phases pour le deuxième groupe de dates 

  • 21 avril : LES CENT CIELS D’UN MONDE VIVABLE 1

J’ai indiqué sur le site:

Jeu de l’oie - Pont, puits, prison  
pseudo solo par David Noir & Co
Tout seul ou presque, je respire au creux de mes limbes, libre de tout face à face. Regarde-moi de loin ou suis-moi si tu veux. 
 

Poursuite, suite et fin et de la quête de mon individualité.

Condamné aux dépens ? S’en fout la mort ! Enfin jeté de son propre chef dans le cachot du bien être d’être soi. Que demander d’autre pour se sentir disponible à la vie ?

Dans l’expérience, je suis mon propre cobaye. Libre à toi d’y choisir une place similaire. Toutes sont envisageables. Déesse aztèque ou animal de laboratoire, mon existence sera celle que je m’offrirai à l’exclusion de tout regard extérieur. Juché dans ma navette, calfeutré dans mon terrier d’or … toutes les capsules me conviennent dés lors que j’échappe à ton jugement. Je ne me représente plus pour toi.

Le piano est une tour de contrôle avec tous les instruments de bord qui s’y rattachent, de près, de loin. Christophe fait le lien, empêche que ça chavire, guide la manœuvre, évite ou fonce dans l’incohérence des récifs. Moi je suis sur mon île. Robinson n’appelle pas à l’aide ; ne demande pas à être sauvé ; bien heureux, il l’est déjà, ainsi libéré des autres, de leurs mondes, de leurs règles et de leurs lois. Mieux vaut vivre libre au zoo, à la vue de toutes et tous, avec la mince épaisseur de la vitre, du barreau, parfois la largeur du fossé, qui nous sépare, que dans une liberté de pacotille.

Enfermement volontaire, constitué prisonnier ; j’ai mon passe, j’ai mon double et toutes les nuits, je sors. On échappe royalement à vos jugements, confiné dans l’abri de soi. Car pour ce qui en est du jugement, il est sans appel et depuis longtemps prononcé. Qu’y répondre ? Rien, sinon rigoler sous cape de la bêtise des juges et de la lâcheté des témoins. Je suis content ; mon corps se relaxe ; mes muscles se détendent à la pensée de l’horizon prometteur de jouir de ma vérité sans en rendre nul compte à personne. Seuls les vrais prisonniers/ères ont droit de me rejoindre ! Seul/es les fous/folles qui ne transigent pas. Il suffit de gravir les marches et les échelons jusqu’au sommet du rocher des singes, pyramide et mastaba. Avons-nous des trésors secrets à échanger ? Nous serons nos Monte Cristo/abbé Faria mutuels. Viens, je t’invite dans mon château d’If, you please.

Pour financer ma vengeance, comme le ferait un Edmond Dantès, je me contenterai peut-être des fruits de la quête, car nous avons chacun les nôtres, opérée par des guerriers Amish- chemin entre vous et moi. Tournicotant comme les Zébulons d’un kiosque à musique, astres changeants au gré des révolutions, voilà bien les acteurs. Les voici qui chantent, haranguent et agitent leurs clochettes comme une armée, bien polie, qui salue au passage. Leur allure empatho-sympathique pousse à rejoindre leurs rangs joyeux, mais méfiance : Le Nouveau Testicule, évangile chantant les louanges d’une gonade sacrée, est leur missel abritant quelques sentences à la Mein Kampf. Entre eux et moi, faites votre choix. Les jeux sont faits ; rien ne va plus. Plus rien.

Le religieux prend le pas ; la fête a changé de teneur et de coloris. En tous les cas, pour cette journée de dimanche où nos Parques paraissent bien avoir été vidées de leur attraction première. C’est jour off pour la mouvance des corps. Les familles sont revenues en force. Dommage, mes montagnes russes n’offrent à chacun/e qu’une place individuelle.

Il faudra revenir lundi pour se replonger dans le sauna bouillant des corps s’ouvrant, courant après d’autres solitudes errantes.

Pour l’heure, il faut se contenter des tournages (Comment participer ?). Rapides, vifs, culottés ou l’inverse, ils sont les seuls de mes manèges à être en fonction aujourd’hui. Allez-y, prenez vos billets, c'est gratuit pour les hardi/es volontaires. Enclenchez les sécurités et c’est parti pour un tour. On y va, on y va.

Attrapez la queue du Mickey !

(à suivre ... ) 

 

Journal des Parques J-48

David Noir - Valérie Brancq

David Noir - Valérie BrancqLe projet a vu le jour avec la trahison et en est traversé de part en part ; j’y reviendrai. Il s’arc-boute sur l’armature, selon les cas, grossière ou subtile de la forme que ce sentiment laisse à l’intérieur de soi lorsqu’il s’impose. Car contrairement à ce qui est souvent rapporté, la trahison ne s’insinue pas, ou alors tellement en amont qu’il est impossible de la discerner des origines du lien, le jour même où l’on s’est fait « flasher » par le charme de l’autre. Non, un beau jour, elle éclate comme un abcès purulent à la face de l’observateur amoureux et fasciné par le sujet de son amour. Il en reste une trace ravageuse et profonde, une empreinte irradiée, une étendue à jamais inhabitable de son propre cœur. L’incarnation de cette turbulence en une zone de tension artistique s’est-elle produite il y a 10 ans, mise en germe par un acte fondateur, il y a 6 ans concrètement par la création de mes Solos de Jazon ou il y a 40 ans à la suite d’un combat perdu contre les tabous environnants ? Je ne sais plus réellement, car au fond, il y a tant d’origines à la déception mortelle, à commencer par le constat de sa propre inaptitude à démasquer la traîtrise. Sa sève brûlante, nourrie des apports d’une vie à se frotter par empathie à autrui, parcoure en filigrane ma psyché et mes sentiments jusqu’alors. Trahison des idéaux, de moi-même, des amis, de ma confiance aveugle d’enfant ; le traître n’est pas toujours un lâche ; il est parois même un héros dans son genre. Mon traître fut un héros de cet acabit. Mes traîtres devrais-je dire, car plus qu’une reproduction de l’histoire de l’enfance à l’âge adulte, c’est en quête de clones de mes amours puérils que je suis parti en grandissant. Le plus incroyable est que je les ai trouvés, quasiment à l’identique aussi bien sur le plan physique que mental ; une réplique des camarades, filles et garçons, qui occupèrent mon univers affectif et envahirent mon cœur au rythme des années de scolarité. Exit les adultes de ce beau décor ; y ont-ils jamais existé ? Aveugles et sourds aux tourments qui m’entraînaient vers le fond sous leurs yeux, ils ignoraient tout des mes empoisonnements successifs. Survivant venu d’une candeur trop pure et trop lointaine, je n’ai pu que me mithridatiser avec les années, mais un mental de tueur me manque hélas encore. Le théâtre et sa bonne pratique incitative du collectif m’ont pourtant fourni des occasions fréquentes de pouvoir mettre en joue des cibles potentielles. Je ne l’ai, bien souvent à tort, pas fait. Je n’en ai pas de regret. Il me suffirait juste aujourd’hui de n’avoir pas d’état d’âme afin de me tirer à moindre mal de mes propres nasses ; de cette place handicapante consistant à obtenir des choses de personnes qu’on ne souhaite aucunement diriger. Ainsi mes projets suivent-ils ce cours. Je ne favorise un décor, en l’occurrence une sorte de fête « for Haine », que pour pouvoir y jouer, chanter, danser tranquillement dans mon coin, dans ma zone tarkovskienne ; éloigné de mon centre. Si par hasard, j’y croise des inconnu/es errant/es à l’humeur bienveillante et au regard sincère ; alors pourquoi pas. Je vivrais un moment de soulagement avec eux, avec elles, dans ma périphérie. En attendant de voir si ça existe, ça pourrait être « Edmond Dantès », mais je signe toujours,
David