Articles

,

le dauphiné VAUCLUSE

[vc_row][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »3842″ img_size= »248×135″ link= »http://www.davidnoir.net/presse/ »][vc_single_image image= »748″ img_size= »478×672″ style= »vc_box_shadow_3d » css_animation= »top-to-bottom »][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1438304352015{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;background-color: #000000 !important;} »][vc_btn title= »La presse des PURITAINS » shape= »square » color= »success » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-puritains-presse%2F|| » add_icon= »true » button_block= »true »][vc_btn title= »La presse des JUSTES-story » shape= »square » color= »danger » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » button_block= »true » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-justes-story-presse%2F|| »][vc_btn title= »La presse des INNOCENTS » shape= »square » color= »purple » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » button_block= »true » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-innocents-presse%2F|| »][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »5572″ img_size= »250×354″ style= »vc_box_shadow » link= »http://www.davidnoir.net/wp-content/uploads/2015/08/dauphiné-2.jpg »][vc_custom_heading text= »par Thierry Alcaraz » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_wp_search][vc_single_image image= »5571″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Les Innocents : Polochons, chaînes et morale »

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_facebook][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_tweetmeme][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_pinterest][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_googleplus annotation= »none »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width= »1/3″][/vc_column][vc_column width= »1/3″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1439223684800{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

Le Dauphiné Vaucluse

Cliquez sur la vignette de l'article pour voir l'original

Jeudi 24 juillet 2003

« Les Innocents » : Polochons, chaînes et morale

Au théâtre Pulsion à 22 h

Avec intelligence, le metteur en scène, David Noir nous fait rentrer sensiblement dans un cadre, hors cadre, le cadre d’un droit à la jouissance pour la jouissance et simplement, pour ça. La nudité est de mise et le jeu du sexe s’avère important. Nous sentons qu’il est parfois bon de se découvrir avec humour. Certes; c’est une farce où nous rions. Alors tout doucement, les acteurs, chanteurs êtres humains nous redonnent un message légèrement plus provocateur. Des textes qui tirent vers l’absurde, courts mais efficaces et détonateurs de réactions. On pourrait se poser la question « pourquoi ces vidéos pornos ? » On pourrait aussi répondre « pourquoi pas ». C’est tout le principe du travail de cette équipe. Mais au-delà de cela, serait-il immoral de voir une fellation en groupe ? Oui, ça dérange, mais ce n’est peut-être pas eux qui nous dérangent mais plutôt une société qui nous demande de moins en moins nous émouvoir et d’éviter les érections intempestives. Cette pièce est en train de nous dire de ne pas avoir honte de notre sexualité et surtout pas de ses particularités. Il est rare de voir des gens qui ne trichent pas, pas de slip couleur chair, pas de nudité voilée. Mais au-delà de ce rapport à la « poilitude » il se passe sur le plateau un monde de déraison, qui nous fait apercevoir que l’ensemble de la société est folle, malade, qu’elle avance vers une crise annoncée. Tout au long de la pièce, que ce soit la poupée Barbie ou les grands créateurs au portefeuille aussi grand que leurs décors, tout le monde en prend pour son grade. Il y a aussi dans ce spectacle, une question posée : « Que se passerait-il si nous libérions tout le monde, toutes les consciences, de l’emprise morale de censure ? » Une dernière musique démarre, la lumière des gradins s’allume et les comédiens nous invitent à une dernière danse libératoire, comme une nouvelle façon d’applaudir, d’adhérer. Nous nous apercevons, par notre impossibilité de répondre à cette invitation, qu’une fois sortis des règles, nous sommes handicapés. Le décor se range, des clowns au nez noir balayent le plateau comme des enfants après une grande bataille de polochons et de petits soldats. Maintenant, il est de notre ressort de savoir si nous voulons un monde de jouissance ou un monde de castration. Merci monsieur le « metteur », merci mesdames et messieurs les acteurs. Un grand moment jouissif.

Thierry ALCARAZ

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][templatera id= »1148″][/vc_column][/vc_row]

, , , , , , , , , , , ,

Journal des Parques J-36

David Noir - La Toison dort - Photo Karine Lhémon
David Noir - La Toison dort - Photo Karine Lhémon

David Noir – La Toison dort – Photo Karine Lhémon

Ne sens-tu pas le vent tourner ?

Le vent porteur de ce qui était honteux devenir légitime ? Le radeau chaotique de la morale moralisatrice sous tes pieds s’ébranler ?

Hélas, non, bien sûr.

Le thème du zoo humain, du type de celui dans lequel on exhiba des kanaks durant l’exposition coloniale de 1931, m’inspire depuis toujours. J’y jouais déjà étant enfant, en m’installant dans ma chambre à demi nu, derrière des barricades de fortune Lire la suite

, , ,

La nudité : une affaire d’enfance – la poésie : l’instinct de créer l’instant

Enlacement - Valérie Brancq - David Noir
Enlacement - Valérie Brancq - David Noir

Enlacement – Valérie Brancq – David Noir

Nos corps nus, nos sexualités, les fantasmes et tabous générant notre excitation…

bref, nous et nous, en bref

Il semble que les représentations de nos propres corps, arrières pensées et pulsions continuent de nous poser des problèmes avec leurs images ou disons plutôt, avec la nôtre, celle de notre espèce. Lire la suite

, , , , , , , ,

Pornographie et vent frais de l’acte gratuit

David Noir - Altéré(s)Go! - Photo Karine Lhémon - Le Générateur
David Noir - Altéré(s)Go! - Photo Karine Lhémon - Le Générateur

David Noir – Altéré(s)Go! – Photo Karine Lhémon – Le Générateur

L’intime qu’on ne pourrait réussir à montrer sans tomber dans la porno… blablablabla…

Une thématique insupportablement naïve, bête, banale et tellement récurrente

« Tu comprends, la suggestion de l’érotisme, c’est tellement plus fort que la brutalité pornographique… »
« Oui, oui, oui … et mon cul ? » répondrais-je sobrement. Lire la suite

,

À Nous Paris

A nous Paris

[vc_row css= ».vc_custom_1502326922144{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17647″][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17663″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17400″ img_size= »348×483″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/07/anousParis_01.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17582″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Attention: choc frontal ! »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Myriem Hajoui » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) » css= ».vc_custom_1502156285502{margin-top: -25px !important;} »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1438967531746{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

À NOUS PARIS !

LA PIÈCE DE LA SEMAINE

LES PURITAINS

TOUTES HONTES NUES

Attention: choc frontal ! Le théâtre honnête, sans risque de dérangement vous fatigue ? Ce brûlot sexuel culturellement incorrect vous est dédié. Auteur et metteur en scène, David Noir dépasse le cadre formel de l’art dramatique pour vous convier à une soirée festive et violente, voire outrageante pour certains. Pas étonnant: cet homme est un véritable terroriste aux yeux de tous ceux qui préfèrent éviter cette difficile confrontation avec la nudité, souvent bannie des scènes classiques. Sur le ring: huit hommes et une femme, costumes noirs, sévères, corsetés dans le diktat de la bienséance ordinaire. Réunis à leur table de travail, nos neuf conférenciers déchiffrent le texte d’une pièce imaginaire et partagent clopes et vin. N’attendez pas de service en porcelaine. Ici, le verre à pied est corsé.

 

Sous la houlette du gourou-psychanalyste Harvey, Premier, Deuxième, Slave, Adrien, Jean. Léa, Berta et Betty se dévoilent peu à peu égrenant (au fil d’un abécédaire) pulsions, répulsions et perversions comme autant d’impitoyables miroirs tendus à notre société. Les comédiens (tous à célébrer) se mettent à nu corps et âmes, révélant derrière les masques nos propres refoulements, exposant nos fantasmes les plus extrêmes, réveillant nos consciences engourdies depuis l’enfance. Accoucheur de vérités enfouies, greffier minutieux de nos désirs amoureux, David Noir et sa Cie La Vie est Courte creusent nos préjugés sans détour. Inspirez avant de poursuivre. Ce qui pointait depuis le début arrive enfin: stupre, viol collectif, passage à tabac, assassinat, inceste, zoophilie, travestissement… jusqu’au final Allegro Cruello. Œuvre libre ou fourre-tout provoquant ? Chacun jugera selon sa sensibilité. Les contempteurs de l’exhibition n’y verront qu’un pornographisme éhonté. Les autres, dont nous sommes, un objet dramatique non identifié, un manifeste-obus qui tire sa force des gouffres d’un puritanisme défroqué, voisin de Bataille. Car le capharnaüm échafaudé est ici à l’image de notre monde: grandiloquent, magnifique, pathétique et dérisoire. Sur un plateau transformé en scène rock, la troupe continue de chanter la petite musique de cette mise à nu des corps et des affects. Indispensables soupapes à une tension vertigineuse, neuf chorégraphies et quatre chansons (écrites par Jérôme Coulomb) rythment cette troublante inquisition des consciences. A la fois discordant, crispant et émouvant, ce happening tellurique envoûtera ou rebutera. Restent une incandescence scénique, une force souterraine et un verbe roublard qui dissimule l’un des constats les plus fous et corrosifs de notre vaine comédie sociale. Dans ce grand bazar dérangeant où se mêlent entre rictus et humour, terreurs d’enfance et angoisses d’adultes, passé, présent et futur, on se sent parfois bousculé, souvent violenté mais vivant, terriblement.

MYRIEM HAJOUI   03/07/00

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

,

À Nous Paris (web)

A nous Paris en ligne

[vc_row css= ».vc_custom_1502329229710{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17647″][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1502221341548{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][templatera id= »17663″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17503″ img_size= »348×483″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/07/anousParis_ligne_01.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17587″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Toutes hontes nues ! »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Myriem Hajoui » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1438518184280{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

À NOUS PARIS ! L’HEBDO DU MÉTRO 

LA PIÈCE DE LA SEMAINE : LES PURITAINS

TOUTES HONTES NUES

Le théâtre en charentaises vous file d’irrémissibles crises d’allergie ? Essayez donc ce spectacle uppercut. Toutes hontes nues, David Noir et sa Compagnie La Vie est Courte atomisent le cadre formel de la scène, décrassent nos esprits embourbés dans les préjugés en osant la peinture culturellement incorrecte d’un monde déchiré par ses peurs et ses frustrations. Psy show ou peep-show cathartique ?
A vous de juger sur pièce(s).

Tant de déprimantes monotonies pépères et standardisées vous accablent d’ennui ? Attention séisme de forte amplitude! Cette bombe à neutrons autour de la sexualité devrait réveiller les consciences les plus engourdies. Dessinateur, vidéaste, auteur et metteur en scène, David Noir, 37 ans, déboule sur la scène du Lavoir Moderne pour prendre le théâtre à la gorge, le rendre à sa cruauté primitive, nous bousculer dans nos confortables certitudes de spectateurs au cours d’une soirée provocante, outrageante si ce n’est traumatique pour certains. Pas étonnant: cet homme a une âme de terroriste. Tant mieux pour les amateurs d’anti-théâtre sulfureux, tant pis pour les associations bien pensantes et tous ceux qui préfèrent éviter cette difficile confrontation avec la nudité, souvent bannie des scènes standards, renvoyée au classement X ou à certains cabarets de Pigalle.
Au caniveau la loi du silence qui entoure la sexualité, l’oppression latente des consensus grégaires et les fausses certitudes du bon sens majoritaire! Sur scène: huit hommes et une femme, costumes noirs, cravates, droits, sévères, corsetés dans le diktat de la bienséance ordinaire. Réunis autour d’une table de travail, manuscrit en main, nos neuf conférenciers déchiffrent le texte d’une pièce imaginaire (celle que… nous ne verrons pas!) partageant chips, cigarettes et vin. Avis aux délicats: ici on ne donne pas dans la boisson de table bien élevée mais dans le verre à pied corsé.
Sous l’oeil éclairé du gourou psychanalyste Harvey, Premier, Deuxième, Slave, Adrien, Jean, Léa, Berta et Betty se dévoilent peu à peu égrenant, au fil d’un abécédaire, pulsions et répulsions. Le principe: jouer avec ces évidences rarement traitées au théâtre (sexe, seins, fesses, anus…), bref avec tout ce qui ne se fait pas, ne se dit pas, ne se montre pas. Le mercure grimpe sans crier gare et l’on comprend que l’on est parti pour un voyage qui ne ressemblera à aucun autre. Sur un plateau transformé en scène rock, les comédiens (étonnants) s’emparent à bras-le-corps de leurs rôles, lisant leur texte, fredonnant la petite musique de cette mise à nu intégrale des corps et des affects. Impossible d’oublier Sonia Codhant. Il faut voir son visage inexpressif s’animer soudain d’un rictus de la bouche: elle est tout bonnement éblouissante!

Plongés en plein chaos, ils nous parlent à contretemps artistique, à contre-routine jusqu’à se mettre à nu, corps et âmes; ils se touchent, s’embrassent à pleine bouche, se brutalisent, révélant derrière les masques et les béances singulières nos propres excès, nos frustrations, exposant nos fantasmes les plus extrêmes, nos tabous forgés depuis l’enfance. Et ce n’est que le début de cet attentat aux bonnes moeurs, de ce théâtre de chair et de sens car la mèche allumée ici fait long feu avant de nous exploser en pleine face. Dynamiteur des conventions théâtrales, Noir n’est pas du genre à filer la notice avec le mode d’emploi: il se contente d’allumer les pétards et de se boucher les oreilles au moment de la déflagration. Ce qui pointait depuis le début enfle comme un lever de rideau: stupre, viol collectif, passage à tabac, assassinat, inceste, travestissement… jusqu’au final Allegro Cruello, sommet d’un cri éjaculé depuis les tréfonds de ce rituel orgiaque.

Accoucheur de vérités enfouies, greffier minutieux de nos refoulements, mais aussi de nos renoncements, David Noir épaulé par sa Cie La Vie est Courte, dresse le cadastre des désirs amoureux, l’inventaire des figures de l’exhibition, l’ethnologie de nos pulsions destructrices. Son inspiration s’écarte délibérément des canevas de l’intelligentsia pour rejoindre les sources les plus authentiques de « l’entourloupe » plus proche à son sens du réel. Contre l’aseptisation de notre société, il opte pour la crudité magnifique, celle qui rétame la tourbe moralisatrice qui nous enserre, creuse nos préjugés à trachée ouverte afin de nous mettre en face de nous mêmes. Cette tonitruante cacophonie est bien à l’image de notre monde: grandiloquente, superbe, pathétique et dérisoire; elle se suffit à elle même tout en offrant le surplus d’insolence, d’irrévérence nécessaire à notre survie mentale.

Oeuvre libre ou fourre-tout provocant? Baudruche écoeurante ou brûlot salutaire? Chacun jugera selon son humeur et sa sensibilité.
Les contempteurs de l’exhibition (désir insatisfait chez beaucoup d’entre nous selon l’auteur) n’y verront qu’un pornographisme éhonté. Les autres dont nous sommes, un objet dramatique non identifié, un manifeste-obus qui tire sa force des gouffres d’un puritanisme défroqué, voisin de Bataille ou de Barthes (voir la série de ses « Mythologies » publiées en 1957 sur la France petite bourgeoise de la IVème République finissante, engluée dans le Poujadisme et la suffisance culturelle).

Véritables soupape à une tension vertigineuse, neuf chorégraphies et quatre chansons écrites par le pianiste Jérôme Coulomb scandent cette troublante inquisition des consciences badigeonnée d’airs connus (Sylvie Vartan, Jonasz, chanson culte du film Titanic…), de ballades irlandaises ou de ritournelles enfantines. Dans cet habile méli-mélo musical à l’image du bric-à-brac des auberges espagnoles où chacun est certain de trouver sont lot d’émotions visuelles et intimes, le corps libère sa propre poésie. L’histoire inscrite à même la chair des personnages et celle que David Noir dessine à coups d’images aussi minutieusement composées que des calligrammes s’impriment comme morsure dans nos mémoires. Et c’est là toute la magie du théâtre: un espace ou tout peut advenir: d’une manière miraculeuse, la sensibilité et l’amour trouvent leur place dans cette pièce qui fait jaillir le sens même de la vie, que chacun tente de maîtriser vaille que vaille.

A la fois discordante, crispante et troublante, cette fête païenne envoûtera ou rebutera (certains spectateurs quittent la salle en état de choc).
Reste une incandescence scénique, une force souterraine et une véritable jubilation dans cette écriture corrosive, dévergondée, instinctive et pourtant si maîtrisée. Au cœur de ce malstrom dérangeant où se mêlent terreurs d’enfance zébrées d’angoisses d’adultes, passé, présent et futur, le public est laissé libre avec ses interrogations, jamais manipulé avec des réponses toutes faites ou des intentions pesantes. L’ange Noir démantèle nos idéaux naïfs et confère à ce spectacle une portée universelle de révolte tout en évitant le prêchi-prêcha édifiant (les libertaires le savent: seule la gratuité est révolutionnaire). Véritable outrage à la décence, cette pièce coup de poing inaugure une nouvelle approche de l’art dramatique: iconoclaste, vivante et sauvage. Celle du théâtre de demain? Ce pourrait bien être, à nos yeux l’un des plus nécessaires et dérangeants spectacles du moment.

MYRIEM HAJOUI   03/07/00

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Items portfolio