Lady Commandement

Rien ne m’importe.

Il faut être là et c’est tout.

Le vivant, c’est là ou bien ça n'est pas ; et c’est tout.

Là, devant mes yeux et c'est tout.

Tout ce qui n’y est pas, n'est pas, n'existe pas.

Ceux qui ne s’y trouvent pas, dans ce « là », sont provisoirement effacés ou morts.

Ambiguïté du bon citoyen.

Comment se fait-il que l’autre ne me touche pas à tous coups ?

L’universalité n’est sans doute pas pour tout le monde.

L’image des douleurs du passé est plus belle que la permanence actuelle des violences, plus aisément poétique.

Le temps fait voile à rebours, jette un tulle de théâtre sur la vision détaillée des crimes anciens.

La beauté tragique de l’Histoire est plus conviviale que l’horreur imminente.

Il faudrait visiter ce qu’il reste des camps pour savoir.

On peut s'extasier secrètement de l'intensité symbolique d’une photo d’Auschwitz ; on ne voit que crasse et misère à Lampedusa ou ailleurs.

Photo contre photo. Champs contre Champs.

Élysée ouvert au repos pour qui a bien fait son travail.

La Shoah commence à prendre des couleurs au soleil des drames d’aujourd’hui.

L’empreinte n’est jamais qu’un souvenir.

Nous passons dans l'Histoire et les manuels s'illustrent des beaux desseins d'une humanité nouvellement colorisée, toute entière.

Séduisante carte postale, les morts vivants y deviennent émouvants et poétiques comme les petits chevaux de Lascaux.

Nous cesserons de nous battre au premier sang. C’est le duel des intellectuels héroïques. C’est leur conception de l’héroïsme. Pas celui qu’ils admirent chez les antiques, mais celui qu’ils pratiquent à la petite échelle du discours et de la discussion. Gentilshommes. Gentils hommes pas si gentils que ça puisqu'ils parlent depuis là où ça meurt. Tout est sujet à commentaires je crois.

Ah ! Quelle belle robe élégante à traîne lourde et damassée j'ai la sensation de porter quand je me mets ces mots en bouche !

Haine puissance haine ! Trop d’évidences sépulcrales sont dites pour ne pas me vêtir voluptueusement de mon exponentielle incohérence. Quoi d’autre ?

Ai-je du style ? Non, vraiment je ne crois pas ; je ne l'espère pas. Tant d'autres cherchent à se draper d'une forme flamboyante avant de disparaître.

Moi je me contenterai de peu. Du peu dont je suis - contente.

Plus important, mon isolement s’est liquéfié dans mes veines et sa liqueur goutte à goutte au centre exact de mon esprit clair.

Ça résonne sur mon sol rayonnant et je comprends soudain ce "Pourquoi ?".

Mais peut-être que personne ne vient jamais m’y chercher parce que personne n’en a la clef. De mon esprit, non pas du sol.

Parce qu’il n’y a pas de clef, parce qu’il n’y a pas d’entrée, pas plus qu’il n’y en a à un œuf. Parce qu'il n'y a pas de résonance sous la voûte si réduite d'un pareil habitacle.

Pas d’autre solution que de le briser pour mettre à jours son vitellus.

Mais je mourrais alors et alors, libre comme une coquille fendue, comme un mur lézardé sur le point de crouler, je m’épancherai tout vivant comme un liquide au dehors.

Pour l'instant, j’ai le cœur dans mon estomac et un sexe dardé à la place de la langue. Appétit de jouir ou bien faut-il manger ? Rien ne m'importe hors ma voracité. Sentimental hermaphrodite, je me suffirai à moi-même.

Je me survivrai même quand d'autres agoniseront, le petit peuple de leurs familles décaties, agglutiné en grappes, arrimé à leurs entrejambes. 

Comme ils auront vieilli quand, non mort, je sucerai encore le fruit de leur descendance.  

Quand j’arriverai au jaune mon œuf sera content, obscur et creux, de n'être plus qu'une coquille vide. Je l'envie.

Je dévore mon temps et la détresse des autres en attendant.

C'est exaltant de vivre aux portes des malheurs d'autrui.

Volupté d'être rempli, rien ne m'importe que d'être nourri.

Tant qu'il poussera des blés sur des terres labourées de mots, copieusement arrosées de sang,

Je m'assoupirai content.

 

suivre)

Lady Commandement – Extrait du texte progressif original « L'étable de la loi » 

3ème interprétation "La Goule"

Les Camps de l'Amor © David Noir 2015

 

Les camps _ Anis Gras_web2 ScèneVivante_Stage_regarder_ailleurs_02 Iconicum2

Où est Charlie ?

Noir

Moi, je ne suis pas Charlie. Je suis Noir. C'est pourquoi j'ai remplacé pour un temps, ce 7 janvier 2015, ma photo de profile FB par un carré de cette couleur. Mais pas uniquement. Aussi parce que c'est un symbole, simpliste comme tous les symboles, qui représente pour nous, en certaines circonstances, le deuil.

Je ne suis pas un lecteur de Charlie Hebdo. J'ai dû en feuilleter un une seule fois en tout et pour tout. Je trouvais les couvertures parfois drôles ou du moins culottées, mais de là à lire les articles … Ça ne m'intéressait pas plus que ça. Je trouve souvent chez les humoristes un côté malin satisfait de soi qui me déplait. C'est comme ça ; c'est simplement mon sentiment. Pourtant aujourd'hui, j'ai été plus choqué par cette exécution multiple que par d'autres évènements tout aussi atroces qui ne cessent de nourrir l’actualité à travers le monde. La proximité de Paris où cela s'est produit n'y fait rien. Je crois que ce qui m'a réellement heurté et plongé depuis la nouvelle de ce matin dans un état particulièrement sombre, c'est l'aspect punitif de ces meurtres.

J'avais ressenti la même horreur et le même sentiment de deuil nécessaire à l'annonce de l'assassinat de Theo Van Gogh, réalisateur, arrière petit-fils du frère de Vincent, le peintre. Ses déclarations provocantes à l'égard entre autre, de l'Islam, l'avait rendu la cible de son assassin, un néerlandais musulman d'origine marocaine.

Oui « punir » est véritablement à mes yeux une idée atroce. Je parle d'idée et non d'acte, car c'est la pensée qui l'insuffle qui rend la punition odieuse. Je me doute bien que dans l'attente très hypothétique d'un monde rassemblé et serein, il faut trouver des solutions à la violence criminelle et autres exactions humaines. Dans les états organisés aussi, tout comme chez les fanatiques se prenant pour les sauveurs du monde, on distribue donc des peines, plus ou moins efficaces. Mais punir c'est adjoindre une morale à la sanction et dans le cas présent, une morale à la condamnation à mort, arbitraire comme elles le sont toutes.

Face à un tel événement, qui me touche particulièrement à travers la figure sympathique et le sourire enfantin de Cabu, je n'ai pas envie d'être Charlie comme on me sollicite de l'être, ou quiconque d'autre, mais simplement moi, accablé et triste devant l'exécution sommaire, affreuse et laide comme toutes les exécutions que des états ou des individus se permettent de perpétrer au nom de tous les prétextes possibles, à travers le monde.

Condamner à mort autrui est un acte infect d'où qu'il émane, que ce soit de la juridiction d'un état américain, de l'Egypte, de la Chine ou d'une cave où l'on se réunit pour s'entrainer à la kalachnikov. Face à l'odieuse pensée qui s'arroge ce droit, qu'il se revendique d'inspiration religieuse, politique ou sociale, je crois qu'on ne peut qu'être soi-même, le plus pleinement possible et c'est déjà pas si mal.

De l'amalgame, il n'en faudrait à mon goût dans aucun sens. Ni pour montrer du doigt ou se défier de populations ou de groupes sociaux sur la base d'un petit nombre de fanatiques qui s'en proclament, ni pour faire masse sous l'étendard d'une communauté du bien.

Être là, s'exprimer, dire son chagrin, son dépit, crier son horreur, sa peine, oui, mais au nom d'un individu unique et pensant exclusivement et originalement par lui-même. La notion de pensée commune, de sentiment commun s'avère au final toujours fausse, dangereuse, irréaliste et simplificatrice.

Des jeunes gens chez qui on a fait vibrer la beauté puissamment émotionnelle du patriotisme partaient jadis, parait-il, la fleur au fusil pour revenir un jour, quand ils avaient survécu, hagards et fatalement vieillis, le regard pétrifiés par le spectacle du sang et des atrocités, jaillis sous leurs yeux comme des fleurs monstrueuses. Ailleurs, quelques décennies plus tard, d'autres croyaient avidement qu'un petit homme à moustache allaient mener leur peuple vers la gloire céleste d'un état de race supérieure.

La vérité c'est que la plupart d'entre nous qui pensent faire preuve de convictions et d'engagement sont des enfants, comme le furent les petits soldats de 14, les nazis révélés à eux-mêmes, les fondamentalistes de tous bords, les foules illusoirement unies et tellement d'autres groupes qui inlassablement sont en quête de l'union radieuse.

Alors moi je ne fanfaronnerais pas, même pour dire « ne nous laissons pas intimider ; céder à la peur, c'est donner raisons aux terroristes … blabla bla bla ». Parce que ce serait indécent pour moi de brandir "Liberté, liberté chérie ..." à cet instant où je me sens tellement triste pour notre monde beau et stupide.

J'ai une sincère admiration pour ces dessinateurs qui sachant, j'imagine, pertinemment le risque qu'ils prenaient, poursuivaient dans cette voie. Mais justement, s'ils en étaient là, c'est que c'était bien des individualités fortes, certes rattachées à une même rédaction, mais unis par un certain amour bien personnel de la rigolade impertinente.

Oui, les regroupements idéologiques, y compris les plus pacifistes, me font peur et je préfère tenter d'être une personne qui cherche à atteindre sa profondeur maladroitement tout seul, plutôt qu'être un maillon d'un tissage tricoté à l'appel de qui que ce soit dont je ne connais pas la personnalité réelle.

La solidarité n'a rien voir avec l'affichage d'une pensée unique. Les hommages pas davantage. Je veux être bien certain qu'on ne me fera crier aucun slogan qui ne soit pas de moi ce jour-ci ou un autre.

Donc je ne suis pas Charlie ce soir, ni ne serai aucun autre prénom un autre jour. Je ne suis même pas David, ni aucun de ces foutaises de symboles qui nous désignent socialement. Non, ce que je suis et je suis bien certain qu'il en va de même pour nous tous/toutes, je ne saurais pas le nommer ; tout juste le décrire, tant cela est mouvant et dépourvu de frontières aisément identifiables.

Les guerres sont aussi le fait de populations qui, unies sous un même symbole, croient penser la même chose et partager un même avenir. Une certaine forme d'individualisme forcené n'est pourtant pas à confondre avec l'égoïsme mercantile du libéralisme. Il est au contraire une profonde écoute de l'humain à travers ce que l'on peut en sonder de plus proche, soi-même.

La seule manifestation que je pourrais rejoindre avec émotion serait celle dans laquelle chaque personne défilerait en brandissant son propre nom sur une pancarte. Des individualités humaines, c'est la vérité de ce que nous sommes. C'est aussi et c'est tant mieux, le seul état qui nous unisse. C'est grâce à lui que nous pouvons faire valoir des expressions potentiellement si nuancées et différentes les unes des autres. Nul besoin de slogan pour les rassembler. Une heure, un lieu suffisent à inviter à se recueillir pour faire front. Chacun/e devrait faire le reste, sans besoin d'étendard pour effectivement exprimer la force et le fond de ce qui le/la caractérise si singulièrement.

Aube et prospective

Revolver en chocolat_David Noir

Revolver en chocolat_David Noir
David Noir - Revolver en chocolat - Moulage réalisé pour La Toison dort - Episode 3

4h du matin ; spontanément, j’ouvre les yeux ; dans la foulée, je me lève pour vivre. Un sentiment d’urgence à le faire m’habite. Un peu trop. Je voudrais que ça se calme un peu. Ainsi fait, tout m’irrite, tout m’agresse, une majorité de notre quotidien m’angoisse, mais loin au fond, dans le dédale de mes projets, de mon devenir, tout m’enchante.
Et me lever ainsi, m’octroyer la vie en pleine conscience, en fait partie. Tristement je prends des nouvelles du monde et de mes compatriotes terriens que la maladie psychique ravage plus encore que le tourment physique. Meurtres, viols, abus, assassinats, tortures des corps et des âmes ; violences sur la chair ; vies aléatoirement brisées par des drames qui en changent brusquement le cours. Il en a toujours été ainsi, seulement aujourd’hui, je le sais d’avantage qu’hier. Évolution du monde, évolution en âge, deuils à faire … il s’agit donc de vivre à l’ombre de cet incroyable massacre de l’espérance qu’est la vie, tant vivre au sein de cette réserve fermée qu’est le monde est anxiogène. Et quand je dis le monde, je devrais dire les mondes, car il en existe autant pour chacun de nous, qu’il y a d’échelles pour y mesurer son existence. Là, je parle de celui qui interpelle le lambda occidental ; celui des médias, des faits divers, de la télévision. Et le drame est bien affaire d’échelle. Il y a longtemps, de loin, ce monde me semblait peu palpable, chiffres et statistiques ; abstractions. Ça c’était valable « avant ». Aujourd’hui, le monde, "ce" monde de l’angoisse lointaine et diffuse, nous fréquente au quotidien comme une grosse bête ronronnante dont on n’est jamais sûr qu’elle soit tout à fait bienveillante. D’autant plus palpable ce monde, que catastrophes et tragédies semblent se banaliser, que les puissants montrent leurs limites à résoudre nos problèmes, que l’échelle de ce monde est devenue celle d’une maquette dont l’esprit peut faire un tour psychique rapide rien qu’en cliquant sur quelques liens. La progressive nouveauté dans cette perception pourtant ancienne de « s’informer », est que l’isolement s’y installe d’avantage. Le « soi » face au monde nous guette dés le réveil, comme c’est sans doute le cas pour l’animal, sur le qui-vive tout au long de sa vie. Dés lors, le sentiment commun, solidaire, que généraient les grands débats télévisuels d’autrefois, il n’y a pas si longtemps, nous semble on ne peut plus naïf aujourd’hui. Il n’y a pas si longtemps, veut dire jusqu’au milieu des années 80, avant que la vie sociale n’entame sa vraie dématérialisation, quand nous roulions encore, dans nos têtes, en charrette, alors que nous rêvions de futur et de téléportations.
Je date le sentiment de dématérialisation palpable, de la première vague de démultiplications des chaînes de télé. Par le biais de quelques programmes de divertissements supplémentaires et indépendants, une alternative à l’enfance fastidieuse autour de la table familiale s’ouvrait. Vidéo clips et culture ludique s’installaient et nous libéraient d’avoir un vécu commun de l’information et du divertissement de masse. Jusque là, l’année précédente encore, toutes et tous avions vu plus ou moins la même émission la veille et rassemblions nos idées et points de vue sur la chose dés le matin à l’école, au lycée, à la fac ou sur le lieu de travail. Le temps où chaque question de société concernait tout le monde et faisait débat au sein des familles était désormais révolu. Chacun pourrait, dés le plus jeune âge, aller de sa culture populaire individuelle, bien au-delà des disques ou des romans, comme ce fut le cas dans les décennies qui précédèrent, pour la beat generation.
Le bénéfice actuel de cet individualisme forcené et favorisé où nous sommes rendu aujourd’hui, est le développement d’une certaine créativité, la libération du généralisme via les grandes plateformes de l’information type « dossiers de l’écran » qui nous apparaîtraient aujourd’hui comme des dinosaures kolkhoziens du communisme, la contagion de la culture « geek » qui encourage l’individu à se doter des outils infinis de l’informatique et de ses possibles. C’est donc en fin de compte, par les mêmes voies nouvelles qui m’apportent en flux incessants, vertiges et angoisses, terreurs et projections fantasmagoriques, que je peux y trouver remède.
Aujourd’hui, de nouveaux sites vierges sont abordés en ce sens et les réseaux sociaux recréent de mini mondes en corrélation étroite, peut-être même en mutuelle surveillance, avec le plus grand, qu’ils regardent désormais avec défiance et vis à vis duquel ils s’imposent comme étant ses satellites. Plus qu’une contre culture, il peut s’agir cette fois d’une contre société tout court, de plus en plus indémêlable de la matrice générale normative et autocentrée. La marginalité culturelle a disparu au profit de fibres indépendantes, renseignées, spécialisées, compétentes et liées entre elles. Si nous le souhaitons, nous représentons et nourrissons chacun(e) une ou plusieurs de ces fibres, qui telles des lianes grimpantes, vont venir serrer de très près la maille des états et des grandes puissances. Lentement, sûrement, si nous ne nous lassons pas de tisser de l’échange, de l’information, de la création et même un certain commerce, nous prendrons le contrôle de cette gestion encore archaïque et totalitaire qui fait notre univers actuel. Un contrôle tel qu’il n’appartiendra et ne pourra être guidé par aucun d’entre nous ; un flux retrouvant un équilibre naturel par les forces qui le constituent sans volonté brutale et irréfléchie de trop influer son cours.
Comprendre une nouvelle époque dont on n’est pas primitivement issu, c’est adapter la course de ses images mentales à une vitesse et une échelle nouvelles. Découvrir « une nouvelle époque dont on n’est pas primitivement issu », c’est également aborder le temps nouveau du vieillissement. Moins exalté et perdu qu’il y a une heure, je prépare mon aube selon une nouvelle révolution. Tous les jours, il s’agira de modifier ainsi infinitésimalement mon cap, pour mieux apprécier le paysage, les éléments, « le monde » et la vision des astres et arriver le matin dans un bon port, sans devoir brutalement braquer mon gouvernail parce qu’un jour, en panique, je ne lirais plus les cartes ou je ne déchiffrerais plus mon quotidien.
5h30, dans un coin de ma fenêtre, la lune semble sourire ; c’est bien.