Les Innocents ou «16 à nez noirs»

Les Innocents - David Noir - Photo Karine Lhémon
Les Innocents - David Noir - Photo Karine Lhémon
Les Innocents – David Noir – Photo Karine Lhémon

 

Distribution à la création à DSN / Scène Nationale de Dieppe – Cie La Vie Est Courte:
Valérie BRANCQ, Sonia CODHANT, Maria DUCCESCHI, Angéla LAURIER, Florence MÉDINA, Marie NOTTE, Marie PIÉMONTÈSE, Any TINGAY, Rémy BARDET, Jérôme COULOMB, Pascal GROLEAU, Jean-Hugues LALEU, Jacques MEYSTRE, David NOIR, Jean-François REY, Philippe SAVOIR
Musique live: Clément Mathieu, Pascal Groleau, Jérôme Coulomb
Texte et mise en scène : David Noir

Des enfants fantômes aux nez noirs comme ceux des koalas forment le nouveau zoo humain.
On s’y touche et s’y fait toucher en un gang bang d’orangs-outangs pas dégoûtang.

Vous pouviez joindre vos corps à nos chairs mêlées, nus si vous vouliez comme à l’aube d’une humanité en transports dans des trains noirs et blancs, fantômes également, vers les camps des débris de nos nuits, quand on était petits.

Nous étions en « Grand Nombre » : nombre de bites, nombre de seins, nombre de fentes et nombre de poils de chatte, nombre de fesses, nombre de doigts, nombre de lèvres, cils et sourcils, nombre de culs visibles ou invisibles, hors des bures, sous les bures de ces nouveaux fols en christ que nous étions, moinillons à poil au sein de nos contemporains.

À l’heure de la tétée, une lente cohorte de pénitents avides de religion dépressive, clownesque et tragique se mettra peut-être un jour à nouveau en branle – Ces années noires : l’enfance, l’adolescence, la collaboration… politique, familiale, parentale ? – Sur des musiques, beaucoup de musiques, et des paroles et des sons, une parade fantôme pour mener une vie qui n’existe plus que dans les vagues souvenirs de nos têtes fœtales.

Le théâtre ne sera que ça pour nous. Le rêve d’un érotisme lymphatique se perdant dans les dédales sans fin d’innombrables chambres d’enfants, de dortoirs de pensionnats, de lits défaits. Sonnera-t-il l’heure chaque soir d’un endormissement bienheureux ?
Quand enfin tout le monde sera couché, s’immiscera peut-être une certaine paix. C’est alors que surviendra la sonorité légère, suave et lointaine d’un corps d’enfant qui se fait jouir, en désespoir de cause…