Articles

,

Magazine Théâtre

[vc_row][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »3842″ img_size= »248×135″ link= »http://www.davidnoir.net/presse/ »][vc_single_image image= »748″ img_size= »478×672″ style= »vc_box_shadow_3d » css_animation= »top-to-bottom »][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1438304352015{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;background-color: #000000 !important;} »][vc_btn title= »La presse des PURITAINS » shape= »square » color= »success » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-puritains-presse%2F|| » add_icon= »true » button_block= »true »][vc_btn title= »La presse des JUSTES-story » shape= »square » color= »danger » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » button_block= »true » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-justes-story-presse%2F|| »][vc_btn title= »La presse des INNOCENTS » shape= »square » color= »purple » align= »left » i_icon_fontawesome= »fa fa-binoculars » button_block= »true » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-innocents-presse%2F|| »][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_custom_heading text= »par Pierre Notte » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_wp_search][vc_single_image image= »6019″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Et maintenant ? »

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_facebook][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_tweetmeme][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_pinterest][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/4″][vc_googleplus annotation= »none »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width= »1/3″][/vc_column][vc_column width= »1/3″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1439288619110{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

Magazine Théâtre Septembre / Octobre 2003

Et maintenant ?

« Nous travaillons à éclater les réseaux, à fédérer les compagnies. Le théâtre doit sortir de ses familles et de ses castes. Sous formes de SCOP, de sociétés où chacun amène la même part d’investissement, les troupes et les directeurs d’institutions peuvent s’unir et travailler en solidarité pour sortir d’une certaine économie marchande du théâtre. Le off d’Avignon, par exemple, est né d’un acte politique, mais il a été récupéré par les marchands. Nous pouvons mettre en commun nos moyens pour économiser et préserver nos intérêts. Nous devons nous reconstruire. Comme après toute rupture. Le débat autour du protocole et des intermittents n’est pas le bon. Il faut tout réinventer. Ce sont les fractures individuelles et sociales qui animent les artistes, et ça ne se comptabilise pas.»

Maria Ducceschi, directrice du Pulsion-Théâtre, festival off d’Avignon.

 

« Toute position ou engagement social passe pour ma part par le désir d’être sur scène. Un artiste n’a rien à demander à la société, tout en exigeant tout d’elle. Son choix et son mode de vie sont incompatibles avec les avantages sociaux. Je suis solidaire des revendications des abusés de Moulinex, mais l’artiste doit rester un parasite social, un bouffon face à un prince plus ou moins con. La situation sociale de l’artiste ne peut être que pourrie. Si nous étions des gens de pouvoir, nous l’aurions. Nous devons travailler notre art et notre conception du monde dans nos créations et notre quotidien. Notre activité artistique doit contribuer à changer les conceptions que les gens ont du monde et de la société. Un artiste travaille au jour le jour son rapport à la société à travers ses productions, qui n’ont aucune raison de s’inscrire légitimement dans les circuits de la consommation courante. L’artiste doit produire, revendiquer le statut d’intermittent, c’est aussi rester dépendant du pouvoir central. »

David Noir, auteur metteur en scène

(propos recueillis par PN)

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][templatera id= »1148″][/vc_column][/vc_row]

, , , , , ,

Journal des Parques J-18

Le prisonnier - Patrick McGoohan
Le prisonnier - Patrick McGoohan

Le prisonnier – Patrick McGoohan

C’est paradoxalement, arrivé au pied de ma montagne, que je comprends que je peux avoir du pouvoir sur les choses. Il suffit de me redresser et de la gravir.

Frodon mon ami, tiens bon, encore quelques mètres à franchir qui te séparent du but.

Je vais, tambour battant, rattraper mon retard. Le retard d’une vie, mais pas uniquement la mienne, car le sentier que je me mets à emprunter à partir de ce point est celui commun à toutes les vies en quête d’elles-mêmes. Lire la suite

, , , , , , , , , ,

L’actualité, d’instinct!

Valérie Brancq, David Noir - FMI né - David Noir - Microfilms 2012
Valérie Brancq, David Noir - FMI né - David Noir - Microfilms 2012

Valérie Brancq, David Noir – FMI né – David Noir – Microfilms 2012

Même s’il n’est plus à la tête du FMI, il n’y a pas que Tristane Banon et Marcela Iacub que DSK ne cesse d’inspirer

Lire la suite

, , , , , , , ,

Pornographie et vent frais de l’acte gratuit

David Noir - Altéré(s)Go! - Photo Karine Lhémon - Le Générateur
David Noir - Altéré(s)Go! - Photo Karine Lhémon - Le Générateur

David Noir – Altéré(s)Go! – Photo Karine Lhémon – Le Générateur

L’intime qu’on ne pourrait réussir à montrer sans tomber dans la porno… blablablabla…

Une thématique insupportablement naïve, bête, banale et tellement récurrente

« Tu comprends, la suggestion de l’érotisme, c’est tellement plus fort que la brutalité pornographique… »
« Oui, oui, oui … et mon cul ? » répondrais-je sobrement. Lire la suite

, , , , , , ,

Préface dans ta face

David_Noir_Elephant_petrifie_vignette

 

David Noir - Eléphant pétrifié de Roumanie

David Noir – Eléphant pétrifié de Roumanie (D’après photo d’un éléphant naturalisé du Muséum d’Histoire Naturelle de Bucarest)

Les éléphants du pouvoir face à l’isolement de la création scénique

Faire bombance avec culture

À chacun son chemin

Le mien est celui de la brisure poétique et de la confusion volontaire – des arts, des genres, des sens, des sexes, des lieux de l’esprit et du corps et bien sûr, des sentiments.

Lire la suite

,

les Inrocks.com

Les Inrocks

[vc_row css= ».vc_custom_1502724093602{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17847″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1502724017120{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][templatera id= »17871″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17952″ img_size= »347×459″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2001/06/Les_Inrock_03b.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17950″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Décision injuste pour David Noir »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Fabienne Arvers » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1502725608903{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

 Décision injuste pour David Noir – Arts/Scènes – lesinrocks.com

lesInrocks.com

Le guide culturel

Interview

Décision injuste pour David Noir

 

Prévues du 5 au 29 juin, les représentations du spectacle de David Noir, auteur et metteur en scène de Les Justes, ont été stoppées le 14 juin sur décision de Pierre Cardin, directeur du Petit Espace Pierre Cardin à Paris. La parole est à David Noir.

Vous étiez programmé au Petit Espace Pierre Cardin du 5 au 29 juin pour jouer Les Justes. Huit jours plus tard, Pierre Cardin annule toutes les représentations et vous demande de quitter le théâtre dans la journée. Que s’est-il passé?
Au départ, c’était une commande de Pierre Cardin pour inaugurer cette salle, le Petit Espace Pierre Cardin. C’est un homme qui a peu de temps: je l’ai rencontré pour lui parler de notre projet, je lui ai montré des photos de notre précédent spectacle, Les Puritains, ainsi que les textes de la pièce. Il a vu 25 minutes seulement des Justes le 5 juin et a attendu une semaine pour nous virer, mais alors manu militari.

Vous aviez signé un contrat. Comment cette mise à la porte se négocie-t-elle ?
En fait de contrat, c’est plutôt le fait du Prince. On a un contrat type: 50 % des recettes pour nous, 50 % pour Pierre Cardin. Il y a une clause dans le contrat qui stipule qu’en cas de rupture, le théâtre nous doit de l’argent au prorata des entrées et des frais fixes du spectacle. Nous, on a demandé à jouer jusqu’au bout, ce qu’il a refusé. Donc, on demande un dédommagement qu’on est en train d’évaluer, qui sera d’environ 100000 F.
Mais, c’est un préjudice difficilement quantifiable: on arrive en fin de saison; après huit jours de représentation, une dynamique est lancée au niveau des acteurs… Sans parler des conditions d’accueil au théâtre: on n’avait pas de loges, les seules disponibles étant occupées par la troupe de Thierry Harcourt qui joue Tristan et Yseult. On avait envisagé de s’installer dans les toilettes mais Pierre Cardin a refusé de mettre des verrous pour ne pas faire de trous dans le mur. Pour dire…

Pour quelle raison le spectacle lui a-t-il déplu ?
Je le cite: « Je ne peux pas être associé à ce spectacle, étant donné que je suis président de la pédofolie. » Joli lapsus. En fait, il me faisait de la peine. Ce n’est pas très flatteur d’être censuré par Pierre Cardin, qui n’est ni très intelligent, ni très analytique, surtout lorsqu’il s’agit de penser la représentation. La mise en scène ne m’intéresse pas, la réflexion sur la représentation, oui. En fait, à l’issue des Puritains, je voulais vraiment que mon prochain travail soit… un filtre à cons. Le sujet du spectacle n’est évidemment pas la pédophilie. Je pense que ce qui l’a choqué, ce sont les images diapos projetées et commentées, à la façon de Godard, par un présentateur de télé caricatural et grossier. Oui, ce sont des images pornos, scatologiques, mais elles ne sont pas là pour en faire l’apologie. Ce n’est pas ça le sujet du spectacle. Via la télé et les médias, il s’agit de mettre en cause ce besoin terrible de trouver toujours un bouc émissaire plutôt que de reconsidérer la société et ce qui cloche en elle. On pourrait parler à propos des Justes d’une esthétique fellinienne cheap, avec un déroulé aléatoire, comme dans les jeux vidéo. Là, c’est le public qui tire des cartes à partir desquelles les acteurs démarrent: quelle que soit la porte d’entrée, ça « fictionne » d’une façon ou d’une autre, avec un jeu volontairement outré, clownesque. C’est vrai que je n’aime pas le réalisme. Au théâtre, quand on joue avec du faux sang, ce qui me plait, c’est de jouer la douleur. Ce qui est, par rapport aux trucages cinématographiques, proprement une question de représentation. Les Justes, c’est le miroir d’une certaine ambivalence sociale. Je crois qu’il est nécessaire d’aller dans les extrêmes, contre le consensus, ce qui était déjà le cas avec Les Puritains. Or, aujourd’hui, on peut parler de plein de choses, de tout en fait, du moment qu’on est sérieux, mais dès qu’on entre dans une forme de dérision, rien ne va plus.

Fabienne Arvers
18 juin 2001

http://www.lesinrocks.com/2001/06/18/musique/concerts/decision-injuste-pour-david-noir-11223674/[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

,

les Inrocks.com

Les Inrocks

[vc_row css= ».vc_custom_1502721657572{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17847″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1502721572147{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][templatera id= »17871″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17943″ img_size= »347×477″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/08/Les_Inrock_02b.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17945″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Arrêt des représentations des Justes »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Fabienne Arvers » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1502721853188{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

News – Arts/Scènes – lesinrocks.com

lesInrocks.com

Le guide culturel

News

Arrêt des représentations des Justes

Les représentations du spectacle Les justes story de David Noir, prévues jusqu’au 29 juin 2001 au Petit espace Cardin à Paris, sont interrompues depuis le 12 juin. Pierre Cardin a jugé au bout de cinq représentations que, pour une question de morale et pour préserver son image ainsi que ses responsabilités au sein de diverses associations (notamment son engagement contre la pédophilie ?!?), il n’était plus possible de voir son nom associé à un tel spectacle. L’équipe artistique des Justes a dû quitter l’enceinte du théâtre le 12 juin (monsieur Cardin ayant pris la veille la décision d’arrêter le spectacle). C’est pas juste: nous avions vu et apprécié sa pièce précédente, Les puritains, et devions assister aux Justes jeudi 14 juin. A suivre, sur lesinrocks.com, l’interview de David Noir. (14 juin 2001)

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

,

les Inrocks.com

Les Inrocks

[vc_row css= ».vc_custom_1502718264594{margin-top: -50px !important;} »][vc_column][templatera id= »17847″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/6″][templatera id= »17620″][/vc_column][vc_column width= »1/6″ css= ».vc_custom_1502718205469{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][templatera id= »17871″][/vc_column][vc_column width= »1/6″][vc_single_image image= »17936″ img_size= »347×491″ style= »vc_box_shadow » onclick= »custom_link » link= »http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/08/Les_Inrock_01b.jpg »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »17934″ img_size= »348×189″ css_animation= »left-to-right »][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

« Après Les Puritains, spectacle réjouissant et fulminant, David Noir enfonce le clou avec Les Justes »

[/vc_column_text][vc_custom_heading text= »par Fabienne Arvers » google_fonts= »font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic »][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type= »bg_color » bg_color_value= »rgba(0,0,0,0.01) »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1502718361241{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

Les Justes – Arts/Scènes – lesinrocks.com

lesInrocks.com

Le guide culturel

Théâtre

Les Justes

David Noir

Après Les Puritains, spectacle réjouissant et fulminant, David Noir et son équipe de la Cie La vie est courte, enfoncent le clou avec Les Justes, « nouvelle comédie 100% haineuse ». Avant de le voir et de donner notre avis, voici, telle quelle, la présentation de son travail par le metteur en scène (telle quelle parce que le sujet, la matière dramaturgique des Justes présentent, sur le papier, des analogies avec l’insupportable Nexxt d’Arpad Schilling qui sera présenté au festival d’Avignon dans le cadre de la Saison Magyare, analogies qui s’effacent d’elles-mêmes si l’on s’en tient à l’étayage intellectuel et sensible qui pousse David Noir à s’attaquer au sujet) :

 

« L’inspiration de ce spectacle est très actuelle, et prend sa source dans l’univers adolescent du feuilleton télé fantaisiste, de la BD érotique, et du jeu vidéo, Les personnages sont stylisés physiquement en un certain nombre de figures d’inspirations BD, mangas ou autres, et composant un ensemble très coloré et naïf. Une fille terroriste au look ambivalent (mitraillette, couettes, treillis, et ours en peluche), un pirate playmobil à l’oeil bandé, crachant poumons et alcool, une vieille mondaine à aigrette, travestie en panthère lascive pour « nudies » érotique des années 60, un enfant sage traquant les pédophiles, un serial killer vedette de show TV, et bien d’autres amis de notre univers actuel et culturel. Dès le commencement, le propos prend donc racine dans cette nouvelle esthétique enfantine, pleine de violence, et d’errance, d’où émane, à mon sens, une forme de poésie romantique très actuelle, comme une autre acceptation de l’ancien style gothique, faite de mots crus, de situations scabreuses où le fantastique banalisé symbolise un quotidien hostile et inquiétant. Les « jours heureux » sont derrières nous, loin, rangés dans les souvenirs réjouis du baby boom de nos parents, au fond des tiroirs des tables en formica. La mise en avant-scène de l’argent pour l’argent, la prostitution intellectuelle et artistique, ouvertement mises au goût du jour via la télévision et sa publicité sont devenues des valeurs sûres. Le théâtre, quant à lui, semble s’être drapé dans des voiles pudibonds ou faussement provocateurs, derrière son cortège hors du temps de conventions institutionnelles, loin de notre société mercantile, cultivant le « bel art » le plus académique, Entre compromission ludico-cynique, et débats culturels, la forme des Justes s’inscrit volontairement dans le cadre d’une émission radiotélévisée, Là se déroule un jeu, où chacun devra sauver sa peau et échapper à une mort humiliante souhaitée par le public. Le combat est médiatique, et s’incarne dans l’arène de la salle. L’oppression d’un pouvoir désormais amical et compréhensif, la pression de l’opinion veule d’une masse sans cervelle s’exerce ici sur chaque protagoniste, sous les yeux de spectateurs complices, transformant peu à peu les personnages en de gentilles personnalités consensuelles, lisses et propres, prêtes à subir sans broncher les sodomies les plus véhémentes, les avilissements les plus joyeux. C’est le jeu des pouvoirs et de la hiérarchie; de l’image, et de nos personnalités.
La nature scénique du projet ne se veut en aucun cas linéaire, mais faisant appel aux capacités psychiques du spectateur. Associations d’idées – montage – jeux de mots; la seule volonté créatrice dirigiste présidant à mon travail étant l’efficacité et le respect de mon optique. L’équipe des Puritains, précédent spectacle de la Cie la Vie est Courte, donnera vie à cette représentation que je souhaite interactive avec un public concerné, qui nous a déjà suivis, et a appris à nous connaître au travers de la première étape de ce travail, déjà nommée: Les Puritains. Les Justes (autant d’esprit que d’inspiration mystique), en forment donc d’ores et déjà la suite logique. Adresse directe au public, bande son fournie, et musique live restent nos outils pour soutenir les incarnations de chaque membre de notre groupe. Le théâtre a une longue route à faire pour retrouver une expression libre et dynamique de son art, aujourd’hui loin derrière les trouvailles des arts plastiques, l’avancée des musiques actuelles, et l’invention des nouveaux supports technologiques. Moi, et les Puritains prétendons en tracer un chemin possible, à nouveau, au travers des Justes. »

Fabienne Arvers
08 juin 2001

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]