Articles

,

Paris-Normandie

PARISNORMANDIE le 29.05.2003

Les Innocents de David Noir au Théâtre des 2 rives de Rouen - Photo Paris-Normandie

 » Les Innocents » au Théâtre des 2 Rives de Rouen – Photo Paris-Normandie

Le songe d’une nudité

De 23 h 30 à 3 h 30 du matin, soit quatre heures de performance débridée écrite par David Noir et donnée samedi au Théâtre des 2 Rives.
Son titre, « 16 à Nez Noirs », est passé par
Rouen après Dieppe et avant Avignon off.

« Un théâtre entièrement branlé à la main » explique justement l’auteur pour qualifier cette pièce où les protagonistes jouent dans le plus simple appareil.

Quoi de plus naturel que le costume d’Eve pour mimer l’amour physique.
Le jeu et le texte – qui ne sont pas sans rappeler le théâtre politique et utopiste des années post-soixante-huitardes – ont séduit la cinquantaine de spectateurs encore présents au moment du salut.

,

Paris-Normandie

PARISNORMANDIE le 29.05.2003

Les Innocents de David Noir au Théâtre des 2 rives de Rouen - Photo Paris-Normandie

 » Les Innocents » au Théâtre des 2 Rives de Rouen – Photo Paris-Normandie

Le songe d’une nudité

De 23 h 30 à 3 h 30 du matin, soit quatre heures de performance débridée écrite par David Noir et donnée samedi au Théâtre des 2 Rives.
Son titre, « 16 à Nez Noirs », est passé par
Rouen après Dieppe et avant Avignon off.

« Un théâtre entièrement branlé à la main » explique justement l’auteur pour qualifier cette pièce où les protagonistes jouent dans le plus simple appareil.

Quoi de plus naturel que le costume d’Eve pour mimer l’amour physique.
Le jeu et le texte – qui ne sont pas sans rappeler le théâtre politique et utopiste des années post-soixante-huitardes – ont séduit la cinquantaine de spectateurs encore présents au moment du salut.

, , , , ,

Bien haïr en son temps

Le concile d'amour - Anna Brun - No-Naime Cie
Le concile d'amour - Anna Brun - No-Naime Cie

Le concile d’amour d’Oskar Panizza – Anna Brun – No-Naime Cie

Fin de la lecture de Archimondain joli punk de Camille de Toledo

avec sa couverture de Kermit aux seins nus

offert par Sonia Codhant.

Comme quoi les Muppets ont encore leur mot à dire. Aussi triste et mélancolique qu’étrangement rafraîchissant ; la résistance au monstre fluide, empathique et pandémique de la mondialisation depuis les années 80. Donne envie de lire Taz. Une pensée pour Tarkovski et la zone de Stalker. Je me sens encore une fois en retard ; comment se fait-il que rien ne m’ait éclairé à la parution du livre de Hakim Bey en 1985, ni depuis. Lire la suite