[vc_row css=”.vc_custom_1502483302552{margin-top: -50px !important;}”][vc_column][templatera id=”17647″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/6″][templatera id=”17620″][/vc_column][vc_column width=”1/6″ css=”.vc_custom_1502400437250{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;}”][templatera id=”17663″][/vc_column][vc_column width=”1/6″][vc_single_image image=”17694″ img_size=”348×483″ style=”vc_box_shadow” onclick=”custom_link” link=”http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/08/Evenement_02.jpg”][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”17692″ img_size=”348×189″ css_animation=”left-to-right”][vc_column_text css_animation=”top-to-bottom”]

“Et j’irai pisser sur vos planches…”

[/vc_column_text][vc_custom_heading text=”par Pierre Notte” google_fonts=”font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic”][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type=”bg_color” bg_color_value=”rgba(0,0,0,0.01)”][vc_column][vc_column_text css=”.vc_custom_1439023243591{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;}”]

L’ÉVÉNEMENT

du Jeudi

théâtre

figures

David Noir, c’est noir

Jeune auteur, metteur en scène et comédien, David Noir entraîne sa compagnie la vie est courte à travers les dérives des Puritains. Huit hommes et une femme s’immiscent dans toutes les nuances et les travers de la nudité.
Spectacle choc contre préjugés chics dans un théâtre de chair qui ose tout.

Tête [d’affiche]

David Noir, dynamiteur des bienséances théâtrales

Et j’irai pisser sur vos planches…

Les Puritains de David Noir

Dans le confort d’une famille bourgeoise qui vit de ses rentes, il grandit entre Neuilly et Draguignan, sur la ouate d’une « enfance à la Mowglie ». Adolescent, encouragé au darwinisme par un père littéraire et une mère jem’enfoutiste, il entreprend des études de paléontologie, intègre Jussieu, Nanterre, puis Saint-Denis, étudie l’architecture et le cinéma. Se fâche avec Serge Daney, qui méprise le Rocky Horror Picture Show. Fou de Bowie et de Garbo, il a 20 ans quand il monte sa troupe, Le Bestiaire. Il adapte Le Moine de Mathew G. Lewis, met en scène un volet d’Henri VI de Shakespeare et se fait lyncher par Libé quand il exhibe son Ver dans le fruit, sa première comédie musicale. Dessinateur, vidéaste, auteur, metteur en scène et comédien, David Noir, 37 ans, persiste et signe Les Puritains, objet traumatique, brûlot manifeste et joyau dramatique indéniable. Neuf comédiens, prodiges d’un nouvel antithéâtre, y dévastent toutes les bienséances théâtrales. De quoi faire passer le théâtre coup de poing de l’Allemand Albert Ostermaïer pour du flan mou ultraligth. Sous prétexte d’un abécédaire assassin, Noir décline, désinhibe, expose et terrasse toutes nos tendances vaguement refoulées au puritanisme.

P.N.

Pierre Notte
L’ÉVÉNEMENT DU JEUDI

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[vc_row css=”.vc_custom_1502550664647{margin-top: -50px !important;}”][vc_column][templatera id=”17647″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/6″][templatera id=”17620″][/vc_column][vc_column width=”1/6″ css=”.vc_custom_1502550500584{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;}”][templatera id=”17663″][/vc_column][vc_column width=”1/6″][vc_single_image image=”17778″ img_size=”348×483″ style=”vc_box_shadow” onclick=”custom_link” link=”http://davidnoir.com/wp-content/uploads/2015/08/Le_point_etudiant_01.jpg”][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”17777″ img_size=”348×189″ css_animation=”left-to-right”][vc_column_text css_animation=”top-to-bottom”]

“Qu’est-ce qui fait tourner le monde ?”

[/vc_column_text][vc_custom_heading text=”par Marie-Véronique Guilmont” google_fonts=”font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic”][/vc_column][/vc_row][vc_row bg_type=”bg_color” bg_color_value=”rgba(0,0,0,0.01)”][vc_column][vc_column_text css=”.vc_custom_1438561431939{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;}”]

www.lepoint-etudiant.com

LES PURITAINS

Texte et mise en scène de David Noir, Musique de Jérôme Coulomb. Compagnie « La vie est courte »

Qu’est-ce qui fait tourner le monde ? Sous la férule d’Harvey, le gourou-psychanalyste, sept hommes: Premier, Deuxième, Slave, Adrien, Jean, Léa, Berta, et une femme, Betty, se dévoilent. Au gré d’un abécédaire, ces puritains déclinent leurs frustrations, leur enfance marquée par un amour maternel étouffant ou bien leurs crimes. Cette évocation est suivie d’une lente métamorphose qui atteindra un état paroxystique lors de la scène finale. David Noir entreprend une variation réussie autour du thème de la sexualité: inceste, zoophilie, homosexualité et travestissement sont abordés. Il dénonce ainsi les bien-pensants, ces êtres refoulés. Le texte oscille sans cesse entre légèreté et gravité.
Les comédiens évoluent sur un plateau qui leur sert aussi de loge et s’apparente à une scène« rock» en raison en partie des micros et du rythme des saynètes. La mise en scène, entre lecture et jeu, permet une redécouverte amusante de chansons de variété kitsch. Outre neuf chorégraphies, quatre chansons ont été écrites pour ce spectacle par le pianiste Jérôme Coulomb qui fait une prestation « live» durant la représentation. A noter, la performance de Sonia Codhant qui prête ses traits à Betty. Le spectateur ne pourra qu’être interpellé par ce sujet et sa confrontation avec la nudité très souvent bannie des scènes standard. Bien plus qu’une exposition de leur corps, c’est leur âme que les personnages mettent à nu. Prière de laisser toute inhibition au vestiaire.

Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, 75018 Paris

(04/00) rédigé par Marie-Véronique Guilmont

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]