[vc_row][vc_column width=”1/6″][vc_single_image image=”3842″ img_size=”248×135″ link=”http://www.davidnoir.net/presse/”][vc_single_image image=”748″ img_size=”478×672″ style=”vc_box_shadow_3d” css_animation=”top-to-bottom”][/vc_column][vc_column width=”1/6″ css=”.vc_custom_1438304352015{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;background-color: #000000 !important;}”][vc_btn title=”La presse des PURITAINS” shape=”square” color=”success” align=”left” i_icon_fontawesome=”fa fa-binoculars” link=”url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-puritains-presse%2F||” add_icon=”true” button_block=”true”][vc_btn title=”La presse des JUSTES-story” shape=”square” color=”danger” align=”left” i_icon_fontawesome=”fa fa-binoculars” button_block=”true” add_icon=”true” link=”url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-justes-story-presse%2F||”][vc_btn title=”La presse des INNOCENTS” shape=”square” color=”purple” align=”left” i_icon_fontawesome=”fa fa-binoculars” button_block=”true” add_icon=”true” link=”url:http%3A%2F%2Fwww.davidnoir.net%2Fles-innocents-presse%2F||”][/vc_column][vc_column width=”1/6″][vc_single_image image=”5567″ img_size=”250×353″ style=”vc_box_shadow” link=”http://www.davidnoir.net/wp-content/uploads/2015/08/dauphiné-1.jpg”][vc_custom_heading text=”par Thierry Alcaraz” google_fonts=”font_family:Josefin%20Slab%3A100%2C100italic%2C300%2C300italic%2Cregular%2Citalic%2C600%2C600italic%2C700%2C700italic|font_style:300%20light%20italic%3A300%3Aitalic”][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_wp_search][vc_single_image image=”5545″ img_size=”348×189″ css_animation=”left-to-right”][vc_column_text css_animation=”top-to-bottom”]

“Sur la trace des innocents !”

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/3″][vc_row_inner][vc_column_inner width=”1/4″][vc_facebook][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/4″][vc_tweetmeme][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/4″][vc_pinterest][/vc_column_inner][vc_column_inner width=”1/4″][vc_googleplus annotation=”none”][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][vc_column width=”1/3″][/vc_column][vc_column width=”1/3″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text css=”.vc_custom_1439211721526{padding-top: 8px !important;padding-right: 8px !important;padding-bottom: 8px !important;padding-left: 8px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;}”]

Le Dauphiné Vaucluse

Cliquez sur la vignette de l'article pour voir l'original
vendredi 18. j uillet-2003

Sur la trace des innocents!

Rencontre avec la compagnie “La vie est courte” pour une démarche hors du commun

Une recherche inconsciente vers ce qui nous poursuivra toujours, l’enfance.

Leur création de l’an dernier “Les justes a séduit nombre de directeurs de scènes nationales (Dieppe, Rouen) qui les ont invités en résidence pour leur nouvelle création “Les innocents”. Pièce qui résonne comme un affront aux moralisateurs d’une société qui nous enferme dans les interdits. Aujourd’hui en Avignon: il ne sont pas de ceux qui pensent ne pas jouer et trouvent leur liberté en restant autonomes: pas de demande de subvention ni de comédiens payés. Mais avant tout le plaisir de faire un travail qui leur correspond. « Chacun travaille dans d’autres compagnies pour gagner sa vie puis on se retrouve sur des projets qui nous tiennent à cœur » dit un comédien. Un choix qui leur permet de tenir un discours pertinent directement lié à ce qu’ils font sur scène: c’est-à-dire, aucune règle établie ; pas de limites aux possibilités des acteurs ; corps nus, corps vidéos: corps tyranniques, cela semble être une recherche inconsciente vers ce qui nous poursuivra toujours, l’enfance. Inspiré par l’univers d’Henry James, David Noir écrit des textes provocateurs, bruts et sauvages qui vont obligatoirement laisser des traces. Parce que chaque jour les difficultés évoluent, alors chaque jour le spectacle change. « Nous faisons d’une contrainte un avantage » ajoute David. On aurait tendance à se dire que le festival est loin d’être sans contrainte, alors quel avantage trouvent-ils dans ce marché du tout et du rien? « Nous ne sommes pas ici pour jouer le jeu des loueurs de salles, nous sommes surtout ici pour continuer notre histoire avec Maria Ducceschi, directrice du Pulsion théâtre, lieu de co-réalisation »annonce David Noir, l’auteur et metteur en scène de cette équipe réunie autour d’une seule idée, s’amuser. Cette pétillante équipe est jusqu’au 31 juillet à 22 heures, au Pulsion Théâtre.

Thierry ALCARAZ

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][templatera id=”1148″][/vc_column][/vc_row]

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.